Accueil >>
HOME
17/08/2017
Slimane Belmadi : « Faire mieux qu’au Championnat d’Europe »
Après une 6e place à l'Euro et une médaille d'argent au FOJE, l'équipe de France U19 attaque le Championnat du monde au Bahrein le 18 août. Avant le coup d'envoi de la dernière échéance de l'été, le sélectionneur Slimane Belmadi pose les ambitions d'une équipe prometteuse. Entretien.
Les Bleuets ont récemment décroché une médaille d’argent au Festival Olympique de la Jeunesse Européenne à Györ, en s’inclinant en finale face à l’Italie après avoir réalisé un sans-faute tout au long de la compétition. Avec du recul, quelles leçons tirez-vous de cette compétition ?
Il y a deux choses que les jeunes doivent vraiment retenir. La première : la mise en place tactique. Jusqu’en finale, ils ont été vraiment brillants pour suivre les consignes et respecter les choix que nous avions faits collectivement. Grâce à cela, on a vraiment réussi à étouffer nos adversaires, en éteignant les meilleurs joueurs ou en jouant vraiment dans les points faibles des équipes adverses. Les joueurs ont été vraiment très bons. La deuxième chose à retenir, c’est ce qu’il s’est passé en finale. Nous sommes sortis de cet état d’esprit et les joueurs se sont fait prendre par l’enjeu de la finale. Ils étaient plus dans l’attente que dans l’attaque. Il faut vraiment qu’ils comprennent que notre discipline est un sport d’attaque. Il faut aller chercher les points car personne ne nous les offrira gratuitement, surtout pas l’Italie que nous avons rencontrée en finale.

En demi-finale et en finale, vous avez rencontré deux équipes d’un niveau très relevé : la République tchèque, championne d'Europe, et l'Italie. Ce FOJE constituait finalement une bonne mise en jambe en vue du Championnat du monde...
Oui, tout à fait. Cette compétition était déjà importante en soi, notre médaille étant une médaille olympique ! L’objectif initial était de faire mieux qu’au Championnat d’Europe. Nous finissons deuxième, en ayant battu au moins une fois les deux autres équipes du podium. Maintenant, il faut que tous les joueurs du six majeur soient présents dans les moments importants. Cela n’était pas le cas lors de la finale, il faudra que ça le soit au Championnat du monde.

Ce Mondial U19 débute ce vendredi 18 août. À la veille du coup d’envoi de la compétition, comment sentez-vous votre groupe ?
Ils sont très impatients de commencer. Ils auraient aimé avoir déjà commencé d’ailleurs, certaines fois un peu au détriment de la préparation, on sait que c’est un risque. Depuis que nous avons repris après le FOJE le 7 août, certains en gardent peut-être un peu trop sous la semelle, c’est un combat de chaque jour pour les pousser à donner autant à l’entrainement qu’en compétition. Physiquement, nous avons toujours des joueurs qui traînent de petites blessures depuis deux ans. On a cependant beaucoup moins de problèmes que lors du Championnat d’Europe, en avril dernier. Lorsque nous étions au CNVB au mois de juin, nous avons pu arrêter plusieurs joueurs, c’était une période de soins et c’est à ce moment là que l’on a pu régler pas mal de bobos.

Entre le Championnat d’Europe, le Tournoi des 8 nations et le FOJE, l’été 2017 a été dense en compétitions. Que représente ce dernier rendez-vous pour vous ?
Ce Championnat du monde est à la fois la dernière échéance de l’été pour l’équipe U19 mais aussi la dernière compétition de cette génération dans leur catégorie actuelle. Les joueurs passeront ensuite dans la catégorie supérieure, les moins de 21 ans. L’objectif était de leur fournir une expérience dense, l’été 2017 a été vraiment intéressant à ce niveau là. Il faut rappeler que si l’on prend le groupe actuel de Laurent Tillie, 90% des joueurs ont fait des compétitions et ont performé en U19 et U21, en décrochant notamment deux titres de champions d’Europe et une médaille de bronze au Mondial. Ces compétitions sont extrêmement formatrices. Aussi, le titre de champion du monde reste très honorifique, et ce dans n’importe quelle catégorie. On sent monter la concentration nécessaire à un tel objectif.

Les Français devront se battre dans un groupe relevé : Brésil, Cuba, Japon et Pologne. Comment envisagez-vous cette phase de poule ?
La hiérarchie chez les jeunes est assez comparable à celle des seniors. Cuba est peut-être même plus présent en jeune qu’en seniors, où les joueurs ont tendance à quitter le pays donc la sélection. Le Brésil représente ce qu’il se fait de mieux sur tout le continent américain. Ce sont deux grosses équipes, avec des styles de jeu différents. Pour le Brésil, à l’image de l’équipe première, un style de jeu physique, rapide et très technique. Quant à Cuba, il s’agit d’une des équipes les plus physiques au monde, ils sautent très haut et tapent très fort. Le Japon va nous présenter un jeu asiatique auquel on ne s’est jamais encore confrontés : beaucoup de changements de zones, accompagnés d’un gros niveau de défense qui nous demandera beaucoup de patience, de concentration et d’adaptation. Enfin, la Pologne, notre seul adversaire européen, a chaque année un groupe très bon. Il va falloir avancer match par match, le plus stressant étant d’entamer par le Brésil (le 18 août à 12h heure française), sur qui nous n’avons aucune information. Eux nous connaissent car ils envoient du staff brésilien lors des compétitions européennes pour récupérer des informations. Voilà un premier avantage en leur faveur que nous devrons vite combler.

Quel objectif de résultat avez-vous fixé pour ce Mondial ?
Le FOJE était plus relevé que le Championnat d’Europe. De la même manière, le niveau de ce Mondial sera plus relevé que le niveau du FOJE car chaque équipe avance très rapidement durant l’été. Les matchs seront difficiles, il va falloir y mettre tout ce que l’on a. L’objectif est toujours le même : faire mieux qu’au Championnat d’Europe où l’on a terminé à la sixième place. Nous aimerions apparaître parmi les trois meilleurs pays européens. Il y a 20 équipes au Mondial, il faudrait alors être présent parmi les huit premiers, jouer un quart de finale donc. Ce serait déjà une belle étape de franchie. Il y a déjà pas mal d’embûches devant nous afin d’y arriver.



PROGRAMME DES RENCONTRES

poule B
heures françaises



18/08/2017
12:00 BRESIL / FRANCE
14:00 CUBA / JAPON

19/08/2017
12:00 FRANCE / CUBA
14:00 POLOGNE / BRESIL

20/08/2017
12:00 CUBA / POLOGNE
14:00 JAPON / FRANCE

21/08/2017
12:00 POLOGNE / JAPON
14:00 BRESIL / CUBA

22/08/2017
12:00 JAPON / BRESIL
14:00 FRANCE / POLOGNE

24/08/2017 
1/8 finales

25/08/2017
1/4 finales

26/08/2017
Demi-finales

27/08/2017
Finale
 
 
LE GROUPE FRANCE


2. (C) SOLDNER Lucas - Passeur - 11/03/99 - Kingersheim
3. GILL Thomas - Passeur - 03/08/00 - Alsatia Strasbourg
4. REBEYROL François Récep/Attaq - 02/07/99 - AS Cannes
5. TOLEDO Pierre - Pointu - 08/04/00 - Rennes
6 FRANCOIS Kévin - Récep/Attaq - 14/01/99 - Kingersheim
7. CARDIN Célestin - Récep/Attaq - 23/10/99 - Rennes
8. DEROUILLON Pierre - Récep/Attaq - 06/06/99 - TOAC TUC
11.ROEHRIG Simon - Central - 19/11/00 - Strasbourg UC
12 RAMON Lucas - Libero - 10/08/00 - Saint Avertin
14 BASSEREAU Rémi - Récep/Attaq - 26/02/99 - Yèrres
15 ROATTA Maxime - Central - 27/01/99 - Asnières
18 LAUMON Maxime - Pointu - 17/03/00 - AS Cannes

Staff
Coach : BELMADI Slimane
Coach adjoint : EBENER Jean Baptiste
Kiné : NIEDERHOFFER Lionel
Médecin : LAFFOND Josselin
Statisticien COSTE Jordane
Chef de délégation CERVETTI Brigitte

INFOS PRATIQUES

Site de la compétition : www.fivb.org