Accueil >>
HOME
11/06/2020
Antoine Brizard : « Saint-Pétersbourg, le projet qui me correspond le mieux »
Le Zénith Saint-Pétersbourg a officialisé cette semaine l’arrivée la saison prochaine d’Antoine Brizard. Un transfert que commente le passeur de l’équipe de France (26 ans), qui évoluait depuis trois ans à Varsovie.
Peux-tu nous raconter comment s’est fait ce transfert au Zénith Saint-Pétersbourg ?
Avant le TQO, très tôt dans la saison, Varsovie m’avait dit qu’il souhaitait me garder et qu’on en discuterait plus tard. Après, comme ils ne savaient pas très bien où ils allaient en termes de budget, ils ont un peu tardé à me faire une offre. Et après le TQO, les choses se sont vachement accélérées, j’ai eu de très belles propositions, en Italie notamment, et à Saint-Pétersbourg. Celle de Varsovie est arrivée un peu tard, parce que j’avais déjà fait mon choix d’aller à Saint-Pétersbourg.

Pourquoi Saint-Pétersbourg plus que l’Italie par exemple ? On imagine que tout devait être assez tentant…
Oui, c’est vrai, tout était tentant, j’ai eu une belle offre d’un très gros club italien, j’ai vraiment hésité, mais j’ai choisi Saint-Pétersbourg pour un tas de raisons : pour le coach (le Finlandais Tuomas Sammelvuo, qui dirige également l’équipe nationale de Russie), pour le club qui veut vraiment faire un gros pas en avant et devenir un des meilleurs clubs du monde, pour la ville… C’est le projet qui, je pense, me correspond le mieux, je le vois un peu sur le long terme, même si je n’ai signé qu’un an.

Peux-tu nous en dire plus sur le projet et sur l’équipe avec laquelle tu joueras ?
Ce n’est un secret pour personne que Saint-Pétersbourg veut faire une énorme équipe. Je n’ai pas parlé au coach avant de signer, je ne l’ai fait qu’après, mais j’ai vraiment aimé le fait qu’il veuille faire une vraie équipe et non une somme d’individualités posées les unes à côté des autres. Il a pris des internationaux russes, mais comme il les connaît bien, parce qu’il coache l’équipe nationale, il a fait attention à prendre des mecs qui s’entendront entre eux, aux personnalités, je suis content de ça. Pour ce qui est des joueurs, ils ont deux centraux de l’équipe nationale qui restent (Yakovlev et Aschev), ils ont pris un autre central vraiment fort qui n’a pas encore été officialisé, ils gardent le Cubano-Russe Kamejo, ils ont signé Poletaev en pointe, un autre réceptionneur/attaquant de l’équipe nationale qui va bientôt être annoncé (il devrait s’agir de Kliuka), ça va être vraiment solide.

Ça veut dire que dès la prochaine saison, les ambitions sont très hautes ?
Oui, complètement, les objectifs sont de gagner la Coupe et le Championnat, le club ne s’en cache pas et il met les moyens pour y arriver. C’est normal quand on met des moyens comme ça d’avoir de telles ambitions. Maintenant, on sait que ça va être très très dur parce que le Championnat russe va être très relevé la saison prochaine.

Il n’y a que deux joueurs étrangers par équipe en Russie, cela veut dire qu’il y a beaucoup d’attentes sur eux, est-ce que c’est de la pression en plus pour toi ?
Je n’ai jamais trop de pression, donc je ne pense pas que ça va commencer l’année prochaine. Mais c’est sûr qu’ils n’ont pas énormément de passeurs en Russie, ils sont venus prendre un passeur étranger donc ils veulent des résultats.
 En tout cas, c'est certain que je vais passer un cap en termes de responsabilités.

Et de niveau aussi ?
Oui, parce que je pense qu’avec le coronavirus, la Ligue italienne s’est affaiblie, des joueurs sont venus en Russie, je pense du coup que le Championnat russe sera le meilleur du monde la saison prochaine. Kazan va être vraiment très fort, ils ont remis Mikhailov en pointe, Earvin (Ngapeth) va être un peu déchargé en récep parce qu’ils ont pris Bednorz qui est très bon partout ; Moscou va être très fort, Novosibirsk va garder quasiment la même équipe (qui a terminé première de la saison régulière en 2019/2020)… Il va y avoir cinq-six équipes de très haut niveau.

Que garderas-tu de ton passage à Varsovie ?
Plein de bonnes choses ! Ça a été mon lancement vers le très haut niveau, mon premier club à l’étranger, j’ai eu une grosse évolution là-bas, ça a été une étape très importante dans ma carrière, je garderai de très bons souvenirs de mes trois ans à Varsovie.

Quel est le programme désormais pour toi ?
A priori, la reprise de l'entraînement serait le 26 juillet pour une reprise du Championnat deux mois plus tard. Je ne sais pas encore si je dois faire une quarantaine (de 14 jours) à Saint-Pétersbourg, donc la date de mon départ en Russie dépendra de ça. D’ici là, je profite des vacances, je m’entretiens aussi car il faut quand même faire attention, ce qui est sûr, c’est que le volley me manque beaucoup.