Accueil >>
HOME
14/05/2020
Transferts : Thibault Rossard à Vibo Valentia
Après un an en Turquie avec Fenerbahçe, Thibault Rossard va découvrir un nouveau championnat la saison prochaine, puisqu’il s’est engagé en faveur de l’équipe italienne de Vibo Valentia.
La colonie française en SuperLega va encore s’agrandir la saison prochaine : après Kevin Tillie, qui a signé à Top Volley Cisterna, un autre réceptionneur/attaquant de l’équipe de France évoluera dans le championnat italien, Thibault Rossard, qui s’est engagé pour un an en faveur de Vibo Valentia, le club où jouaient cette saison Barthélémy Chinenyeze, Timothée Carle et Swan Ngapeth.

"Cela faisait depuis un moment que j’avais envie d’aller en Italie, mais c’était encore plus le cas cette année. L’offre de Vibo est donc arrivée au bon moment, le projet qu’ils me proposaient était intéressant à tous les niveaux, ils ont l’ambition de monter une équipe dont l’objectif sera de se bagarrer pour jouer les playoffs", explique le gaucher depuis Cannes, où il a passé la période de confinement en famille après l’interruption de la saison en Turquie.

Il aura donc joué une saison sous les couleurs de Fenerbahçe, avec à la clé une première place à l’issue de la saison régulière mais également une blessure au pied gauche (fracture de fatigue du troisième métatarse) qui l’a freiné en décembre dernier : "Globalement, cette saison a été bonne, on vient d’apprendre d’ailleurs qu’elle ne reprendrait pas. Ce qui est dommage, c’est qu'ils n’ont pas attribué de titre alors que la saison régulière avait pu aller à son terme. Mais bon, c’est comme si on était champions, on termine premiers en n’ayant perdu que deux matchs. A titre personnel, ça n’a pas été une saison merveilleuse à cause de cette blessure, il m’a fallu du temps pour revenir, mais j’ai bien terminé."

Après la Ligue A, la Pologne et la Turquie, l’international tricolore va donc découvrir un nouveau championnat avec une grosse envie : "Je pense que le niveau sera supérieur à celui du championnat turc, ça sera aussi autre chose au niveau de l’ambiance, car en Turquie, les salles ne sont pas toujours pleines, ça manque un peu d’adrénaline. Là, vu le niveau des équipes que nous affronterons, on sait que chaque match, chaque set, vont être un combat, surtout pour une équipe comme la nôtre qui part dans la peau d’un outsider."

La perspective des Jeux de Tokyo en juillet 2021 a également joué dans le choix de jouer en Serie A :
"Je sais qu’il y a plein d’autres paramètres qui entrent en compte pour être retenu pour les JO, mais c’est mieux de jouer dans un championnat fort et dans une équipe qui va me donner des responsabilités."