Accueil >>
HOME
06/09/2020
Euro Beach : « Une année particulière »
Après une saison très raccourcie en raison de la crise sanitaire, le mois de septembre sera celui des championnats d’Europe pour le beach-volley, que ce soit pour les seniors ou les jeunes. On fait le point avec Christophe Victor, le manager du secteur beach-volley.
Une saison pas comme les autres:
"C’est une année très particulière. On a eu deux mois d’interruption complète, à partir du 15 mars, où on a été rapatriés d’Australie. La veille du tournoi, on a appris qu’on devait rentrer immédiatement en France. Dès qu’on est rentrés, on s’est mis en confinement. En tant que sportifs de haut niveau, on a pu reprendre à partir du 2 juin. Donc dès le 2 juin on a repris les entraînements, en respectant les protocoles sanitaires, avec des tests Covid. Depuis le 2 juin, on n’a pas arrêté pratiquement. Mais il n’y a eu deux tournois pour les garçons et un seul pour les filles : les finales des championnats de France à Dunkerque, et le World Tour de Montpellier pour les garçons la semaine dernière. Ce sont les seuls tournois qui ont eu lieu. Et on a déjà de la chance que les championnats d’Europe soient maintenus. Le volley est l’une des seules fédérations à avoir maintenu ses compétitions. On se retrouve avec quatre championnats en trois semaines en comptant les catégories de jeunes."

Une préparation tronquée:
"Deux équipes partent au King of the Court à Utrecht (Quincy Ayé/Arnaud Gauthier-Rat et Alexandra Jupiter/Aline Chamereau). C’est un format de « King », avec cinq équipes, des matchs de 15 minutes, puis l’élimination d’une équipe. Ce n’est pas le format d’une compétition officielle, mais ça leur permettra de se confronter à de très bonnes paires mondiales. Ils seront rejoints par une autre paire (Lézana Placette/Alexia Richard) pour les championnats d’Europe à Jurmala (16-20 septembre)."

Les objectifs:
"On est un peu dans l’interrogation, mais comme toutes les paires actuellement. Personne n’a de repères concernant les performances et le niveau de jeu. Mais ces championnats d’Europe comptent pour la qualification olympique, donc il va falloir aller chercher une neuvième ou une cinquième place, ce sera vraiment l’objectif, d’aller au moins à ce niveau-là. Ensuite, sur des matchs à élimination directe, tout peut arriver avec le niveau de préparation des équipes actuellement. Forcément, les repères manquent. En plus on s’entraîne beaucoup sans avoir de réel objectif à part ces championnats d’Europe. Ensuite, on va repartir sur une longue période de préparation, et on ne sait pas trop où elle va nous mener. Donc il faut se concentrer sur la motivation, les objectifs, le plaisir, dans une année très tronquée. Mais on est tous dans ce cas-là. C’est un tournoi qui peut amener pas mal de surprises."

Le tirage au sort:
"On a des poules qui correspondent au niveau des championnats d’Europe, ni exceptionnelles, ni faibles. Ayé et Gauthier-Rat ont un groupe avec les champions du monde russes (Krasilnikov/ Stoyanovskiy), les Polonais Kantor-Losiak qui viennent gagner deux tournois sur le circuit allemand, et une paire lettone qui a obtenu une wild-card, et qui devrait être un petit peu en-dessous. Chez les filles, c’est un peu le même cas de figure avec deux équipes très fortes, très homogènes, et une équipe un peu plus faible sur le papier. Ce sont des poules vraiment ouvertes, puisque personne ne sait où il va se situer."

L’Euro U20 (9-13 septembre):
"On part mardi à Brno, avec deux paires qui vont découvrir le niveau international. Tom Altwies et Liam Patte chez les garçons, Justine Fabre et Anouk Dupin chez les filles, avec Justine Fabre qui arrive pour remplacer Emma Cartron (blessée). Leur but sera de prendre leurs marques au niveau international, il n’y a pas de réel objectif. Ce sont des équipes qui rentrent en formation au pôle France à Toulouse. Ce sera leur première expérience. Le but est de les préparer pour l’année prochaine, quand ils seront dans leur réelle catégorie d’âge. A part Altwies, ils seront tous encore U20 la saison prochaine." 

L’Euro U18 (16-20 septembre):

"On part avec Arthur Canet et Téo Rotar chez les garçons, et avec Lou Gouin et Célia Gaston chez les filles. Comme pour les U20, il y en a trois sur quatre qui vont vivre leur première expérience internationale (Lou Gouin a disputé le championnat d’Europe l’an passé). Chez les filles, le but est de casser un schéma international compliqué, puisque cela fait deux ou trois championnats d’Europe qu’on n’arrive pas à sortir des poules. Ce sera l’objectif. Pour les garçons, c’est une paire sur laquelle on compte beaucoup, mais pour l’avenir. Ils sont un an plus jeune que leur catégorie d’âge. Pour l’instant, ils ne sont pas encore en structure. Mais c’est une équipe en devenir, qui sait très bien jouer au beach. Maintenant il faut qu’ils apprennent à gérer la pression en compétition. Après en U18, ce sont de nouvelles générations, on découvre un peu les équipes, donc c’est compliqué de fixer un objectif pour cette saison. Mais s’ils sont en confiance ils peuvent aller chercher un podium."

L’Euro U22 (23-27 septembre):
"Chez les filles on aura la paire composée de Pia Szewczyk et Clémence Vieira, avec Szewczyk qui est dans sa dernière année U22. On a eu quelques petits problèmes de préparation, puisque Pia a été positive au Covid. Elle reprend seulement l’entraînement après trois semaines d’arrêt. C’est une équipe qui est capable d’aller chercher une cinquième place voire une demi-finale, mais il faut voir comment elles vont se remettre de ces trois semaines sans préparation. Chez les garçons, on retrouve Tom Altwies et Timothée Platre. Donc on a joueur très expérimenté et multimédaillé avec Timothée, qu’on a associe une nouvelle fois avec un nouveau joueur. Un jeune prometteur, qui a deux ans de moins que la catégorie d’âge, et qui va jouer bloqueur. On part un peu dans l’inconnu, mais on avait fait ça avec l’Euro U20 il y a deux ans et ils nous avaient ramené une belle médaille d’argent. Comme d’habitude avec « Timo », on espère aller chercher un podium. Mais on est quand même dans l’expectative complète, en sachant qu’ils auront très peu d'entraînement ensemble car Tom Altwies sera sur l’Euro U20 auparavant."