Accueil >>
HOME
25/08/2020
Beach : Les Français en force à Montpellier
Le World Tour 1 étoile masculin de Montpellier a débuté mardi par les qualifications. Cinq paires françaises sont engagées à partir de ce mercredi dans le main draw.
Un peu plus de deux semaines après les Championnats de France de Dunkerque, c'est à l'extrême opposé de l'Hexagone que s'est déplacée depuis mardi l'actualité du beach-volley avec le World Tour 1 étoile de Montpellier qui l'accueille pour la quatrième année consécutive. Un événement, puisque c'est finalement l'un des rares rendez-vous du World Tour cette année, la plupart ayant dû être annulés en raison de la pandémie de Covid-19, d'où la forte motivation qui anime les seize équipes qualifiées pour le main draw qui débute ce mercredi (quatre poules de quatre, le premier se qualifie pour les quarts de finale, les deuxième et troisième pour un barrage d'accession aux quarts).

Et notamment dans le rang des équipes françaises qui, apr§s les qualifications disputées mardi, sont au nombre de cinq dans le main draw du tournoi héraultais. Honneur au nouveau champion de France, Edouard Rowlandson, vainqueur ici-même en 2018 pour son retour sur le circuit après une pause de deux ans (c'était avec Olivier Barthélémy), et se présente à Montpellier sans son compère Youssef Krou, qui doit ménager son épaule droite, opérée au printemps 2019 et qui l'a fait souffrir à Dunkerque. "En concertation avec les coachs et après avoir soliicité des avis médicaux, on a décidé qu'il était plus important de repartir sur une base de travail solide pour mon épaule. Aujourd'hui, elle va bien, c'est donc plus une mesure de précaution", nous a-t-il indiqué. C'est le jeune Tom Altwies, 18 ans, qui le remplace sur ce World Tour 1 étoile, avec un premier match ce mercredi dans la poule C face aux Allemands Dollinger/Kulzer.

De leur côté, les n°1 tricolores, Quincy Ayé et Arnaud Gauthier-Rat, ont à coeur d'effacer leur déception de la finale perdue des Championnats de France sur ce tournoi dont ils ont pris la deuxième place l'an dernier (Quincy Ayé a terminé 3e en 2017 et 2e en 2018 avec Youssef Krou). A suivre également la paire Arnaud Loiseau/Timothée Platre, qui a les moyens de se mêler aux meilleurs et affronte mercredi dans la poule D les Israéliens Faiga/Ohana, le duo Jérémy Silvestre/Titouan Halle, et les jeunes invités Arthur Canet, fils de l'ancien entraîneur de l'équipe de France, Stéphane Canet (dernier joueur tricolore à avoir disputé les Jeux, en 2004) et Téo Rotar, frère de la jeune joueuse de l'équipe de France en salle, Amélie. Les deux novices seront justement opposés mercredi dans la poule A à leurs aînés et compatriotes, Quincy Ayé et Arnaud Gauthier-Rat.

Pour espérer s'imposer sur le sable de Montpellier, les Français devront en tout cas être à leur meilleur niveau, parce que la concurrence étrangère est au rendez-vous, incarnée principalement par les cousins chiliens, Marco et Esteban Grimalt, qui comptent notamment trois victoires de prestige sur le World Tour (3 étoiles de Tokyo en 2018 et de Sydney en 2019, 4 étoiles de Doha en 2019). Les deux paires suisses Marco Krattiger/Florian Breer et Yves Hausserer/Quentin Metral, ainsi que les Italiens Alex Ranghieri/Daniele Sablone, seront également des candidats au podium, tout comme les Suédois Jonathan Hellvig/David Ahman.