Accueil >>
HOME
09/08/2020
Beach : Des champions de France inédits !
Les championnats de France disputés à Dunkerque ont sacré deux tandems pour la première fois : chez les filles, le titre est revenu à Alexia Richard et Lézana Placette, tandis que côté masculin, le dernier mot est revenu à Youssef Krou et Edouard Rowlandson.
Comme lors des trois jours précédents, le soleil était au rendez-vous ce dimanche sur la plage de Malo-les-Bains pour l’ultime journée des championnats de France de beach-volley qui marquaient le grand retour de la compétition de haut niveau en France et auront tenu leurs promesses avec à l’arrivée des nouveaux champions, tant chez les hommes que chez les femmes.

Dans le tableau masculin, la finale a mis aux prises les deux paires de l’équipe de France, avec d’un côté les tenants du titre, Quincy Ayé et Arnaud Gauthier-Rat (25 et 23 ans), tombeurs dimanche matin en demi-finale d’Olivier Barthélémy et de Jérémy Ullmann (21-18, 21-16), de l’autre Youssef Krou et Edouard Rowlandson, qui avaient quant à eux sorti Timothée Platre et Arnaud Loiseau, également en deux sets (21-17, 21-15).

Si le début de match a été serré (5-5), le duo Rowlandson/Krou a fait la différence en alignant six points de suite (11-5) et ce malgré les soucis à l’épaule droite de Youssef Krou (celle qui a été opérée en 2019). A la place, ce dernier a su se servir de sa patte gauche en attaque, se jouant souvent du contre adverse par des roulettes, tandis qu’en défense, son compère « Eddy » s’est montré intraitable. Un bloc de Krou devant Gauthier-Rat donne le premier set aux « anciens » (21-16), qui enchaînent dans le deuxième, se détachant à 12-9 puis 14-10. Moment choisi par Quincy Ayé pour demander un temps mort médical de 5 minutes afin de faire soigner son genou droit.

A leur retour sur le terrain, les tenants parviennent à recoller à un point (17-16), mais se mettent à la faute au service, ce qui permet à Youssef Krou et Edouard Rowlandson de conclure sur un ultime bloc du premier devant Quincy Ayé (21-18) et de s’offrir un premier titre national, à respectivement 31 et 32 ans, pour leurs premiers championnats de France ensemble. "C’était notre premier tournoi depuis novembre, c’est incroyable de gagner. On a rapidement pris quelques points d’avance au premier set, on a ensuite réussi à garder notre matelas. Dans le deuxième, ils sont bien revenus, mais on a réussi à garder la tête froide et gagner sur un bloc défense qui est vraiment notre point fort", a commenté Youssef Krou, dont le seul podium sur la compétition nationale remontait à 2017 (avec Quincy Ayé).

De son côté, Edouard Rowlandson, vice-champion de France en 2012 et 2013, a ajouté : "Ce titre est vraiment le fruit d’un travail de fond assez énorme, on est passés par des moments plutôt compliqués, entre l’épaule de Youssef et le Covid, redémarrer sur ce titre de champion de France redonne un boost incroyable, on espère faire les années Tokyo-Paris à fond."

La troisième place est revenue à Timothée Platre et Arnaud Loiseau (déjà médaillés l’année dernière, en bronze pour le premier, en argent pour le second), vainqueurs lors de la petite finale d’Olivier Barthélémy et de Jérémy Ullmann (16-21, 21-16, 15-9).

Dans la foulée de la finale masculine, celle du tableau féminin opposait Alexia Richard et Lézana Placette, vice-championnes de France en 2015, à Laura Longuet, double tenante du titre (elle jouait avec Vendula Haragova), associée cette année à Ophélie Lusson, troisième de ces championnats de France il y a deux ans (avec Lézana Placette). Et là où l’expérience a triomphé chez les hommes, c’est la jeunesse qui a fait la différence chez les filles. Facile tombeur dans la matinée en demi-finale d’Alexandra Ferreira et d’Emeré Maau Boutry (21-10, 21-13), le duo Alexia Richard/Lézana Placette (24 et 22 ans) a su mieux gérer la fin de premier set pour se détacher suite à un ace de la première et une relance heureuse sur la ligne de fond de la seconde (20-16) avant de conclure sur une attaque en bout de filet de Placette (21-17).

Dans le deuxième set, Laura Longuet et Ophélie Lusson (32 et 24 ans), qui avaient dû batailler dans la matinée pour sortir les n°1 tricolores, Alexandra Jupiter et Aline Chamereau, au tie-break (17-21, 21-19, 15-11), ont fait un court moment la course en tête (7-8) avant de plier sur une bonne série au service de Richard (13-11). Le temps mort demandé n’y a rien fait, le jeune tandem de l’équipe de France, jouant juste et bien, a creusé l’écart grâce à une bonne défense et des choix judicieux en attaque (17-12). Après un bon service de la défenseuse, synonyme de quatre balles de match (20-16), Alexia Richard et Lézana Placette ont conclu sur un service trop long de Laura Longuet (21-17), s’offrant ainsi un premier titre mérité.

"Nous sommes montées crescendo pendant tout le tournoi, nous n'avions pas super bien commencé, il faut dire que c'était notre premier tournoi depuis un moment. Mais petit à petit, nous avons su mettre de la qualité, s’adapter aux conditions, au terrain, à l'environnement, pour finalement signer notre meilleur match sur la finale, ont commenté les nouvelles championnes de France. Au vu de notre qualité de jeu, nous étions assez confiantes avant le match, nous avons quand même eu des difficultés parce que nous étions contre des filles qui savent bien jouer, mais on est restées vigilantes et on a su mettre en place une bonne stratégie. Ce titre est une belle récompense. Même si nous étions alors très jeunes, nous avions été très frustrées par notre défaite en finale en 2015. Depuis, soit nous avions fait des mauvais résultats parce que nous n'étions pas en pleine possession de nos moyens, soit nous n'étions pas ensemble. Cette année, nous étions vraiment en forme, prêtes techniquement et mentalement, on avait tout mis en oeuvre pour être présentes au rendez-vous, cela a été le cas, le travail a payé, donc on est contentes."

Alexandra Jupiter et Aline Chamereau se sont de leur côté consolées de leur défaite en demi-finale pour prendre la médaille de bronze, victorieuses lors de la petite finale du duo Alexandra Ferreira/Emeré Maau Boutry (21-9, 21-8).