Accueil >>
HOME
(Miniature) EuroVolley : Les Bleues ratent la marche
Photo : Julien Crosnier / FFVolley
27/08/2019
EuroVolley : Les Bleues ratent la marche
Auteur A.C., à Ankara
L'équipe de France féminine s'est inclinée mardi à Ankara face à la Finlande pour son quatrième match de la poule A de l'EuroVolley (25-21, 25-14, 22-25, 25-18). Après la victoire de la Bulgarie sur la Grèce dans la foulée (3-0), les Bleues, qui achèveront la compétition mercredi contre la Turquie, ne peuvent plus se qualifier pour les 8e de finale.
Comme face à la Grèce dimanche, l’équipe de France n’est donc pas parvenue ce mardi à Ankara à se libérer face à une Finlande qui, dans ce match capital dans la lutte pour une des quatre places qualificatives pour les huitièmes de finale (les deux premières étant promises à la Serbie et à la Turquie), a su de son côté jouer avec ses armes, à savoir de la malice, des défenses incessantes, un service et une réception solides. Des domaine dans lesquels, les Bleues ont été soit défaillantes (la réception et la défense), soit inconstantes, faute souvent de communication entre elles, ce qui, hormis dans un troisième set mieux maîtrisé et une partie du quatrième, leur aura été fatal et explique cette troisième défaite en quatre matchs de l’EuroVolley.

Certes, il y a eu parfois du bon dans cette rencontre - le sélectionneur Emile Rousseaux citera la rentrée percutante de Lucille Gicquel (9 points), peu à peu débarrassée des pépins physiques qui ont largement perturbé sa préparation, le match solide de Léandra Olinga (11 points, meilleure marqueuse tricolore), la relation Nina Stojiljkovic-Lucille Gicquel et le jeu offensif d’Héléna Cazaute, « cependant fragile en réception » -, mais il a manqué trop de choses pour rivaliser avec une équipe de Finlande qui remporte son premier succès de la compétition et peut encore espérer poursuivre sa route, à condition de battre la Bulgarie jeudi.

Pour la France, qui a payé cher au premier set un départ manqué (0-3, écart qu’elle n’est jamais parvenue à combler, 21-25), avant de totalement se manquer dans le deuxième (14-25 avec un 0-8 entre 11-15 et 11-23), de bien réagir dans le troisième grâce aux attaques gagnantes de Gicquel (25-22) et de rater la fin de quatrième (de 14-12 à 18-25), cet EuroVolley 2019 s’achèvera mercredi soir après son dernier match contre la Turquie. Car la victoire de la Bulgarie sur la Grèce (3-0) dans la foulée de la défaite tricolore fait que mathématiquement, les Bleues ne peuvent plus terminer parmi les quatre premières de la poule A, quel que soit le résultat de leur match face aux Turques.

Il s’agira donc pour les filles d’Emile Rousseaux de savourer cette ultime rencontre dans une salle qui sera sans doute pleine et de se lâcher, comme elles ont su le faire lors des matchs où elles n’avaient pas grand-chose à perdre, ce qui leur a réussi, puisqu’elles ont battu la Bulgarie (3-2) et pris un set pris aux championnes du monde et d’Europe serbes. Les matchs à enjeu face à des adversaires directs leur auront moins souri, sans doute avant tout pour des raisons mentales, il leur faudra donc ensuite tirer les enseignements de cette première grande compétition internationale pour la majorité d’entre elles et mesurer tout le travail qu’il leur reste à faire pour faire preuve de plus de constance au haut niveau.

Les réactions :

Emile Rousseaux, entraîneur de l’équipe de France :
« Quand la réception était bien, on était à 62% d’efficacité avec une faute en attaque, le problème, c’est la gestion des réceptions moindres et surtout les réceptions négatives, perdues, qui cassent complètement la dynamique d’une équipe, ce n’était pas bon. L’autre chose, c’est que les Finlandaises ont pris 60 défenses, nous 35, ça demande une vraie agilité pour aller au sol, trop peu de joueuses ont cette capacité, c’est vraiment quelque chose qu’il faut travailler plus dans les pôles. Sur cet Euro, on a joué un bon match contre la Bulgarie, ceux où il fallait bien jouer, on n’y était pas, et le match contre la Serbie a montré que le niveau de base a quand même augmenté, ça, c’est un aspect positif. Dans l’ensemble, on a fait un été dense, maintenant, on va avoir besoin de beaucoup de travail et de renouvellement après ce Championnat d’Europe. Je pense que les filles qui sont venues ont vu un autre niveau d’engagement et de tension, elles ont vu que tous les détails sont très importants, sportifs et extra-sportifs. »

Léandra Olinga, centrale de l’équipe de France : « Je ne sais pas si nous étions crispées, mais il y a vraiment une différence entre les matchs où on sait qu’on n’a rien à perdre et qu’on démarre tout de suite agressives, et les matchs à enjeu où on a l’impression d’être concentrées, mais finalement peut-être plus crispées. C’est rageant parce qu’on sait qu’on est capables de faire de belles choses, on l’a montré, il faut gagner en constance là-dessus. Il faut être vraiment agressives dès le début du match quel que soit l’enjeu. Sur la fin du quatrième, c’est pareil, quand on sait qu’on peut faire quelque chose, j’ai l’impression qu’on perd un peu pied, c’est dommage. »

Amandine Giardino, libéro de l’équipe de France : « On n’a pas été au niveau, il y avait zéro raison d’être crispées, on savait qu’on avait zéro pression de résultats, on s’est dit qu’il fallait jouer libérées, qu’il fallait jouer notre jeu, on ne l’a pas fait, c’est vraiment dommage. Ce n’est pas non plus une question d’inexpérience, car on a aussi affronté une équipe jeune, ce qui est sûr, c’est que dans tous les secteurs du jeu, elles étaient meilleures. Je suis dégoutée, parce que perdre en se battant et en donnant tout, c’est autre chose, là, franchement, je ne sais pas trop quoi dire. Maintenant, il reste la Turquie, on veut au moins partir d’ici sur une bonne note, on a travaillé tout l’été comme des folles pour ça, c’est dur… »


TOUS LES MATCHS SONT DIFFUSES EN DIRECT SUR LE SITE INTERNET www.lequipe.fr

Programme et résultats (heures françaises) :

23/08/19 - 13h30
FRANCE / BULGARIE 3-2 (25-20, 13-25, 25-15, 19-25, 15-13)
>
La feuille de match
> Les photos

24/08/19 - 16h00
FRANCE / GRÈCE 0-3 (12-25, 21-25, 21-25)
La feuille de match
> Les photos

26/08/19 - 16h30
FRANCE / SERBIE 3-0 (25-19, 25-13, 17-25, 25-23)
La feuille de match
> Les photos

27/08/19 - 16h00 (25-21, 25-14)

FINLANDE / FRANCE (25-21, 25-14, 22-25, 25-18)
> La feuille de match


28/08/19 - 18h30
FRANCE / TURQUIE

SIte officiel de la compétition : https://eurovolley.cev.eu/fr/women

Le groupe France :

1 -
CAZAUTE Héléna Récep/Attaquante - 17/12/1997 - Mulhouse
3 -
GIARDINO Amandine Libéro 30/03/1995 Le Cannet
4 -
BAUER Christina Centrale 01/01/1988 Firenze
5 -
MARTIN Pauline Centrale 20/10/1995 Mougins
9 -
STOJILJKOVIC Nina Passeuse 01/09/1996 Maribor
11 -
GICQUEL Lucille Pointue 13/11/1997 Nantes
15 -
SYLVES Amandha Centrale 29/12/2000 Nantes
16 -
FIDON Juliette (C) Récep/Attaquante 28/10/1996 Legionovo (Pol)
17 -
DASCALU Alexandra Pointue 17/04/1991 Bacau
22 -
MOREELS Manon Récep/Attaquante 22/03/2001 IFVB
23 -
OLINGA ANDELA Leandra Centrale 12/08/1997 Mulhouse
45 -
NDOYE Odette Récep/Attaquante 25/08/1992 Nantes
59 -
CALEYRON Mallory Passeuse 24/10/1988 Paris
99 -
GELIN Juliette Libéro 02/11/2001 IFVB

Le staff : 

Emile Rousseaux (entraîneur principal), Félix André (entraîneur adjoint), Laurent Delacourt
(entraîneur adjoint), Emmanuel Fouchet (manager), Cédric Mangione (kiné), Sébastien Devaud (scout), Nicolas Oesterlé (médecin)