Accueil >>
HOME
(Miniature) TQO : Première marche franchie pour les Bleus
Photo : J.M. Hervio / FFVolley
09/08/2019
TQO : Première marche franchie pour les Bleus
L’équipe de France a parfaitement négocié son entame de Tournoi de qualification olympique vendredi soir à Gdansk en dominant la Slovénie en trois manches (26-24, 25-20, 25-23). L’attend désormais le double champion du monde polonais samedi à 15h dans une ambiance aussi surchauffée qu'hostile.
Pour ce premier match du TQO de Gdansk, les Français savaient que le hors d’œuvre slovène serait loin d’être facile à engloutir face à une équipe récente lauréate de la Challenger Cup, la deuxième division de la Volleyball Nations League. Un adversaire que les hommes de Laurent Tillie n’avaient plus affronté depuis le 18 octobre 2015 et le premier sacre européen de l’histoire de l’équipe de France. Presque quatre ans plus tard, le résultat a été le même, à savoir une victoire 3-0, à l’issue d'un match plutôt bien maîtrisé par les partenaires d’Earvin Ngapeth, meilleur marqueur de la rencontre (14 points, tous en attaque, à 70%), qui auront su faire preuve du sérieux nécessaire pour s’éviter des débats à rallonge. A cela, ils ont ajouté une belle dose de réussite, à l'image des deux dernières manches terminées comme un boulet de canon, avec à chaque fois cinq points consécutifs et un entrant décisif au service, Julien Lyneel puis Kévin Le Roux.

Le premier set aura été serré et longtemps étouffant, avec des Bleus, emmenés par un percutant Earvin Ngapeth (6 points sur le set), toujours aux commandes. Menés de trois points (14-11), plus gros écart de cette manche initiale, les partenaires du capitaine Tine Urnaut ont souvent réussi à revenir à la hauteur des Français (15-15, 20-20, 23-23), mais ces derniers, sans jamais s’affoler, ont su rester concentrés pour finalement prendre les devants sur leur deuxième balle de set, grâce à un ace de Benjamin Toniutti (26-24).

Le deuxième set démarre sur un scénario contraire, avec des Slovènes qui prennent d’entrée les devants (0-3, 10-12), mais là encore, les hommes de Laurent Tilie, portés par notamment par Stephen Boyer (11 points en tout) et Nicolas Le Goff (5 points, tous marqués sur cette deuxième manche), ne s'énervent pas et prennent l’avantage juste avant le deuxième temps mort technique, grâce à un bloc du central de Berlin (15-14). Avantage qu’ils creusent sur une bonne série au service du pointu (19-15), cependant aussitôt annihilé par leurs adversaires qui signent quatre points de rang (20-20). Le temps mort demandé par Laurent Tillie est bénéfique à l’équipe de France qui réagit de façon magistrale, grâce à une bonne entrée au service de Julien Lyneel, pour empocher cinq points de rang et le set (25-20) !

Malgré la perte de cette seconde manche, les hommes de l’Italien Alberto Giuliani ne désarment pas et comme lors de la précédente, ils se détachent d’entrée (4-9), sauf que cette fois-ci, ils parviennent à conserver leur avantage plus longtemps (7-12, 11-16) grâce notamment à leur pointu Toncek Stern (13 points) et à des défenses héroïques. A -3 dans le money-time (20-23), le public polonais de l’Ergo Arena, tout acquis à la cause slovène, preuve que la France est clairement ciblée comme l’adversaire n°1 des doubles champions du monde, se croit parti pour un quatrième set, démarre alors le show Le Roux, le grand central breton balançant des « pains » au service dont trois aces qui permettent à la France de s’imposer en trois sets au bout de 1h31 de jeu.

Soit dix minutes de plus que la Pologne qui avait auparavant dominé la Tunisie (25-15, 25-19, 25-19) et bénéficiera au final de quelques heures de récupération en plus que l’équipe de France, avant le choc entre les deux formations samedi dans une ambiance bouillante. Les Bleus ont souvent été survoltés par ce genre de contexte hostile, il leur faudra jouer à 200% pour écarter les partenaires du néo-Polonais Wilfredo Leon
 et faire un pas de géant vers les Jeux de Tokyo avant leur troisième match dimanche contre la Tunisie. 

Les réactions :

Laurent Tillie (entraîneur de l’équipe de France) :
« La première marche est franchie, il en reste une deuxième demain et une troisième après-demain, mais c’était important de réussir cette entame. Ce que j’ai aimé, c’est la manière, la sérénité et la combativité dont ont fait preuve les joueurs. Quand les Slovènes se sont mis à jouer la folie avec des défenses avec les pieds et des services très très forts, on a réussi à rester sereins et ça, c’est vraiment bien. On sait qu’il y a des moments difficiles dans un match et il faut rester serein. Maintenant, c’est l’ogre polonais, le public polonais a déjà commencé à nous siffler ce soir, on imagine ce que ce sera demain. »

Earvin Ngapeth, réceptionneur/attaquant de l’équipe de France : « Avant le match, on était sereins, détendus mais surtout concentrés, parce que c’était un match piège face à une bonne nation du volley. Ce n’était pas un cadeau de les jouer en premier dans ce tournoi, c’était un match-couperet d’entrée, il ne fallait pas faire de faux pas. On a réussi, même quand on a été menés, à rester sereins, à ne pas s’énerver et à attendre que le vent tourne. C’est le mot d’ordre de notre tournoi, on sait que ça va être dur, si à chaque fois qu’on est derrière, on s’énerve, on ne va pas y arriver. Demain contre la Pologne, c’est le kif, on vient, on s’amuse, on prend du plaisir devant une salle pleine et ça passe ou ça casse. »

Kévin Le Roux, central de l’équipe de France : « Sur cette fin de match, j’ai pris pas mal de risques et c’est rentré. En même temps, on n’avait pas trop le choix, parce qu’on était menés 23-20, c’était mal barré, il fallait envoyer à 100%. Je sais que j’ai carte blanche, c’était à moi de prendre des risques et c’est passé, tant mieux. Pourtant, quand je suis entré dans le troisième set, c’était clairement compliqué, j’étais un peu froid. Maintenant, c’est bien de gagner en trois sets pour avoir le plus de repos possible avant le match de demain. Contre la Pologne, ça va être solide, on va avoir plus de 13 000 personnes contre nous, on a déjà vu ce soir que les Polonais étaient pour les Slovènes, mais on est habitués à ce genre de match, à nous de rester concentrés. »
 
RÉSULTATS ET PROGRAMME DU TQO 

Vendredi 9 août :
17h00 : Pologne - Tunisie 3-0 (25-15, 25-19, 25-19)
20h30 : France - Slovénie 3-0 (26-24, 25-20, 25-23)
> La feuille de match
> Les photos

Samedi 10 août :
15h00 : Pologne - France 
18h30 : Tunisie - Slovénie

Dimanche 11 août :
12h00 : France - Tunisie 
15h00 : Pologne - Slovénie


DIFFUSION

Tous les matchs de l'Equipe de France diffusés en direct sur :













 

 

 INFORMATIONS PRESSE



 Télécharger le Dossier de Presse 


>
 Site officiel de la compétition volleyball.ioqt.2019.fivb




LE GROUPE FRANCE 



 2 - GREBENNIKOV Jénia - Libero - 13/08/90 - TRENTO (ITA)

4 - PATRY Jean - Pointu - 27/12/96 - TOP LATINA (ITA)
6 - TONIUTTI Benjamin - Passeur - 30/10/89 - ZAKSA KEDZIERZYN-KOZLE (POL)
7. TILLIE Kevin Récep/Attaquant 02/11/90 VARSOVIE (POL)
8 - LYNEEL Julien - Récep/Attaquant - 15/04/90 - JASTRZĘBSKI WĘGIEL (POL)
9 - NGAPETH Earvin - Récep/Attaquant - 12/02/91 - KAZAN (RUS)
10 - LE ROUX Kévin - Central - 11/05/89 - PEKIN (CHI)
11 - BRIZARD Antoine - Passeur - 22/05/94 VARSOVIE(POL)
12 - BOYER Stephen - Pointu - 10/04/96 - VÉRONE (ITA)
14 - LE GOFF Nicolas - Central - 15/02/92 -  BERLIN (ALL)
16- BULTOR Daryl- Central - 17/11/1995 - ARAGO SETE
17. CLEVENOT Trévor - Récep/Attaquant - 28/06/94 - MILAN (ITA)
18 - ROSSARD Thibault - Récep/Attaquant - 28/08/93 - FENERBAHCE (TUR)
21 - CHINENYEZE Barthelemy - Central - 28/02/98 VIBO VALENTIA (ITA)


STAFF


Entraîneur : Laurent TILLIE
Entraîneur adjoint :Arnaud JOSSERAND  
Entraîneur adjoint : Cédric ENARD
Docteur : Josselin LAFFOND /  Eric VERDONCK
Kinésithérapeute:  Jean-Paul ANDREA
Préparateur physique : Olivier MAURELLI
Statisticien : Paolo PERRONE