Accueil >>
HOME
20/09/2019
Hubert Henno : « Il faut profiter de cet EuroVolley à la maison »
Ambassadeur de l’EuroVolley 2019 en France, le libéro international Hubert Henno, qui vient d’arrêter sa carrière de joueur pour aussitôt embrasser celle d’entraîneur à Tours, prend à cœur ce rôle, estimant que cette compétition à domicile est une occasion unique de promouvoir le volley dans l’Hexagone.
Comment avez-vous réagi lorsqu’on vous a proposé le rôle d’ambassadeur de l’EuroVolley 2019 et comment comptez-vous le jouer ?
J’ai été très touché quand la Fédération m’a proposé d’être ambassadeur de l’EuroVolley, j’ai été flatté qu’on ait pensé à moi. Quant à ma
mission en tant qu’ambassadeur, c’est d’abord de prêter mon image à la Fédération française de volley pour qu’elle puisse communiquer autour de l’événement, c’est ensuite d’essayer d’être présent dans la mesure de mes disponibilités à toutes les manifestations organisées pour promouvoir la compétition. Ça a été le cas en juin lors de la journée olympique, également lors de certains matchs amicaux disputés par l’équipe de France, comme samedi dernier à Paris. Et même si je ne peux pas être là à tous les matchs de l’EuroVolley car nous avons repris l’entraînement avec Tours le 20 août, je serai présent pour les huitièmes et les quarts de finale à Nantes et j’espère aussi aller à Paris avec l’équipe de France.

La France n’avait plus organisé de Championnat d’Europe depuis 1979, une trop longue attente ?
Oui, c’était trop long pour la France qui est quand même une nation majeure du volley-ball mondial. Maintenant, cette possibilité nous est offerte d’accueillir la compétition cette année, il faut en profiter pour promouvoir le volley auprès du public français, il ne faut pas se rater. Notre discipline a besoin d’être boostée dans le paysage des sports collectifs en France, c’est une occasion d’en parler, d’en promouvoir les valeurs, notamment auprès des jeunes.

Cela passe forcément aussi par des bons résultats de l’équipe de France, comment voyez-vous les chances des Bleus de Laurent Tillie sur cet EuroVolley ?
Je suis bien évidemment supporter de cette équipe de France qui a été capable pendant trois-quatre ans de dominer le volley mondial en remportant le Championnat d’Europe en 2015 et deux fois la Ligue Mondiale. Ce sont les mêmes joueurs qui ont gagné ces titres, donc c’est la preuve qu’ils peuvent le refaire. Maintenant, il faut qu’ils arrivent à retrouver cette sérénité et cette insouciance qui faisaient la différence il n’y a pas si longtemps, ils ne doivent pas penser aux résultats moins bons qu’ils ont eus ces deux dernières années. Certes, il faut se servir des défaites pour avancer, mais il faut surtout qu’ils se souviennent des bons moments, il n’y a pas de raison que ça ne marche pas.

Le soutien du public est-il vraiment important ?
C’est un méga-bonus de pouvoir jouer cette compétition à domicile et de savoir que jusqu’au bout, ça se passera en France. Ce que j’espère, c’est que le public français répondra présent pour supporter les Bleus. Même pour les affiches moins attrayantes, il faut venir, car ils ont besoin de sentir ce soutien pour se sublimer. D’autant que tous les matchs de poule vont être décisifs.

Quels sont selon vous les grands favoris de cet EuroVolley 2019 et quelles grandes stars le public français aura-t-il l’occasion de voir évoluer ?

La Pologne et la Russie semblent aujourd’hui les deux grands favoris de la compétition. Quant aux stars, il y aura le Polonais Kubiak, le néo-Polonais Leon, les Russies Volkov, Kliuka, Poletaev, symboles d’une nouvelle génération qui arrive. Il y a aussi les Italiens Zaytsev et Juantorena, qui sont dans notre poule et sont des joueurs très impressionnants. Et bien sûr nos Français, Jenia Grebennikov, Earvin Ngapeth, Benjamin Toniutti, qui sont des stars de notre sport. Il faut qu’ils profitent de cet Euro à la maison pour briller.