Accueil >>
HOME
(Miniature) Laurent Tillie : « On est dans notre bulle »
Photo : FFVolley
17/09/2019
Laurent Tillie : « On est dans notre bulle »
Auteur A.C., à Montpellier
Quatre victoires 3-0, une des deux premières places de la poule A assurée, l’équipe de France déroule pour l’instant un scénario parfait sur son EuroVolley à Montpellier, à la grande satisfaction de son entraîneur, Laurent Tillie.
Laurent, encore une très belle prestation de l’équipe de France lundi face à la Bulgarie, qu’en avez-vous pensé ?
On ne s’attendait pas à gagner 3-0, une victoire 3-2 à l’arrach’ nous aurait largement suffi, mais là, il y a eu une qualité de jeu (il souffle), c’était une symphonie. Tout était juste, le tempo, la vitesse, la détermination… C’était vraiment une belle partition, je pense que c’est une des plus belles prestations de l’équipe de France depuis les années 2015-2016, nous avons vraiment été costauds dans tous les domaines. Les Bulgares ont vite plongé, mais si les équipes plongent contre nous, ça me va ! Nous, ce que je demande depuis le début, c’est une stabilité de niveau de jeu pour essayer ensuite d’atteindre des sommets, c’est ce qu’on a fait ce soir, c’était un sommet.

Vous les avez notamment étouffés par la qualité de votre service et le volume de la défense, non ?
Oui, je crois qu’on n’a raté que 11 services pour 8 aces. En défense, on les a bien ralentis, on a été très performants à l’attaque, on est à plus de 60%, c’est vraiment énorme. Il y a aussi eu de l’intelligence dans le jeu, des « block out », de la finesse, les choix tactiques de Benjamin (Toniutti), l’alternance au service, à l’image de Stephen (Boyer) et Julien (Lyneel). Kévin (Le Roux), non, il a sorti la bombe nucléaire, mais moi, ça me va s’il peut le faire tout le temps…

Après une telle victoire, faut-il faire attention à ne pas tomber dans l’euphorie ?
On n’est pas dans l’euphorie, on est dans notre bulle, là, je suis d’une grande sérénité. On essaie de faire en sorte que tout le monde fasse bien son job, après, on verra où on ira.

Vous êtes assurés de terminer parmi les deux premiers de la poule A, c’était important pour vous ?
C’était très important, depuis le début, chaque match, on joue gros. C’est pour ça que je dis qu’on ne joue que des finales, on en a neuf pour aller jusqu’au bout. Ce qui est important, c’est de rester dans notre bulle et agressifs, il faut garder cette énergie-là. En sport, on ne peut pas juste se contenter de faire son travail, il y a des émotions qui doivent vous amener à vous dépasser, là, c’est ce que nous sommes en train de faire.

Comment allez-vous aborder le match contre l’Italie ?
On verra, mais tactiquement, on cherchera à jouer du mieux possible. La qualité et l’agressivité, c’est quelque chose qui se travaille tous les jours, on va chercher ces mêmes qualités contre l’Italie. Ce qui est important, c’est que l’attitude reste la même.

Earvin Ngapeth est entré en jeu contre la Bulgarie sur deux services, c’était prévu ?
Je l’avais prévenu que j’allais continuer avec le même six, parce qu’on joue bien depuis le début de la compétition, mais que par contre, il allait rentrer si on avait des soucis sur Kevin (Tillie) et Julien, mais on joue tellement bien que pour l’instant, on ne change rien. Et comme ça, il sera encore un peu plus prêt contre l’Italie, il s’est quand même arrêté presque dix jours, je pense qu’on le reverra contre l’Italie.