Accueil >>
HOME
17/05/2019
Ligue des champions : Earvin Ngapeth veut le titre
La saison de clubs s’achève samedi avec les finales de la Ligue des champions féminine et masculine à Berlin. Chez les hommes, la finale est un remake de celle de 2018 entre les Italiens de Lube Civitanova et les Russes du Zénith Kazan, quadruples tenants du titre, emmenés par un Earvin Ngapeth qui rêve d’un premier sacre européen.
Contrairement aux saisons précédentes, l’épilogue de la Ligue des champions 2018/2019 ne se joue pas sur un Final Four, mais sur une finale unique, la CEV ayant décidé de réunir le même jour (samedi) et dans un même lieu, en l’occurrence la Max-Schmeling Halle de Berlin, les finales féminine (entre les clubs italiens de Novara et Conegliano) et masculine.

Une finale masculine qui, comme en 2018, opposera les Italiens de Lube Civitanova et les Russes du Zénith Kazan, et s’annonce tout aussi serrée que celle de l’exercice précédent qui, après 2h28 d’un intense combat, avait tourné en faveur de l’équipe russe (3-2, 17-15 au tie-break), titrée pour la sixième fois de son histoire, la quatrième consécutive.

Le Zénith Kazan va tenter samedi (19h) d’être le premier club à remporter la Ligue des champions cinq fois de suite (le CSKA Moscou a également été titré quatre fois de rang de 1986 à 1989), une chose est certaine : il arrive à Berlin avec une très forte pression sur les épaules, liée à la perte récente de son titre de champion de Russie, abandonné en finale (1 victoire à 3), après un règne sans discontinuer de cinq ans sur la Superleague, à Kuzbass Kemerovo.

Un nouvel échec serait sans doute très mal vu du côté du Tatarstan, où Earvin Ngapeth a succédé cette saison au Cubain Wilfredo Leon, parti à Pérouse, que le club russe a justement battu pour accéder à la finale. Le réceptionneur/attaquant de l’équipe de France s’apprête à vivre sa deuxième finale de Ligue des champions, six ans après la première, perdue avec Cuneo face au Lokomotiv Novosibirsk. "J’étais déçu, mais je me suis dit à l’époque que j’aurais encore le temps d’en disputer d’autres. Finalement, cette deuxième n’arrive que six ans après, donc je n’ai vraiment pas envie de passer à côté", nous confiait il y a un mois l’ancien joueur de Modène "venu ici (à Kazan) pour gagner la Ligue des champions". En cas de victoire, il serait le premier Français sacré champion d’Europe des clubs depuis Renaud Herpe (avec Trentino) en 2010.

L’objectif passe par un très gros match face à une équipe de Lube Civitanova qui est sur une dynamique positive, puisqu’elle a été sacrée dimanche dernier championne d’Italie, victorieuse 3-2 de la série en finale face à Pérouse. Pour conquérir le cinquième titre national de l’histoire du club des Marches, qui compte une victoire en Ligue des champions (2002), les partenaires de Juantorena, Bruno et Sokolov ont cependant dû puiser dans leurs ressources, tandis que le Zénith a achevé la Super League russe quatre jours plus tôt, concentré depuis sur cet ultime rendez-vous de la saison. Le décor est planté, faites entrer les artistes !