Accueil >>
HOME
15/02/2019
Christina Bauer : « Mon objectif est d’être championne de France »
L’interview bleue avec Christina Bauer, qui, à 31 ans, dispute sa deuxième saison avec Cannes, avec l’objectif affiché de conquérir un titre de champion de France derrière lequel elle court depuis ses débuts. La centrale des Bleues évoque également l’équipe de France et l’EuroVolley 2019.
Comment juges-tu la saison de Cannes jusqu’à présent ?
Je pense que les quatre premiers mois ont été très satisfaisants. Nous étions invaincues en Ligue A jusqu’à ce que nous jouions contre Nantes qui nous a battues, nous avons ensuite perdu à Mulhouse, mais ce n’était pas simple, parce que nous avions beaucoup de blessées : Helena (Cazaute), Agnès Pallag, Lliljana Rankovic, ça nous faisait trois réceptionneuses-attaquantes indisponibles pour ce match, nous avons dû jouer avec notre quatrième réceptionneuse-attaquante et notre deuxième pointue en 4, ça fait beaucoup. Après, il faut reconnaître que Mulhouse est une très bonne équipe qui fait un très bon Championnat. Mais globalement, je trouve que nous pouvons être contentes du niveau de jeu que nous avons fourni jusqu’à présent.

Vous disputez la phase de poule de la Ligue des champions, avec à ce jour une victoire pour trois défaites, ce qui vous écarte d’ores et déjà des playoffs, est-ce une déception ?
Oui, on ne pourra pas passer en playoffs, mais il nous reste deux beaux matchs à jouer, le premier à Novara, qui est la meilleure équipe en Italie actuellement, elles viennent de gagner la Coupe, ce n’est pas rien d’aller jouer là-bas. Après, nous irons à Minsk où ça ne sera pas simple non plus. Il faut prendre ces deux matchs comme du bonus, on n’a pas tous les jours la chance d’affronter une équipe comme Novara. Même si le résultat à l’aller était largement en leur faveur, ce sont des super matchs à jouer, il faudra en profiter. Les regrets, on les a plus sur nos deux matchs contre Lodz, on perd 3-0 chez elles à l’aller avec des sets vraiment accrochés, et au retour chez nous, on n’a pas réussi à concrétiser au tie-break, c’est dommage, mais ça reste quand même une superbe aventure.

Vous avez été éliminées de la Coupe de France par Mulhouse en quarts, quel est ton favori pour le Final Four qui aura justement lieu à Mulhouse, début mars ?
Clairement, Mulhouse. D’abord parce qu’elles jouent très bien, ensuite parce qu’elles ont l’avantage de jouer à la maison, c’est un très gros atout, on l’a encore vu le week-end dernier, il y avait 3800 personnes pour le match contre nous, il y avait vraiment une grosse ambiance.

L’objectif plus que jamais, c’est le titre de champion ?
Oui, mon objectif personnel est clairement d’être championne de France, je cours derrière ce titre depuis le début de ma carrière, je l’attends depuis longtemps. On est éliminées en Coupe, on ne passera pas en playoffs de la Ligue des champions, donc oui, on veut aller chercher ce titre.

A titre personnel, quel regard portes-tu sur ta saison ? Tes statistiques à chaque match sont très régulières…
Oui, je pense que c’est le mot, je pense avoir été très régulière. Après, la saison dernière, c’était un peu différent, parce que j’avais un problème à l’épaule qui m’avait handicapée sur la deuxième partie de saison, là, je me sens bien physiquement, je me sens bien dans l’équipe, dans le club, je suis satisfaite de ce que j’ai fait.

Parlons de l’équipe de France : vous avez effectué une campagne de qualification pour le Championnat d’Europe parfaite avec six victoires en six matchs et un seul set concédé, t’attendais-tu à un tel résultat ?
Pas forcément. Ces dernières saisons, cela avait été assez difficile, nous avions été trop irrégulières pour obtenir des résultats, là, c’est une grande satisfaction d’avoir réussi à gagner tous ces matchs. C’est un bon départ, c’est encourageant, maintenant, il faut continuer.

Tu disputeras donc l’EuroVolley l’été prochain, que penses-tu du tirage au sort qui a réservé à l’équipe de France une poule très relevée ?
Pour avoir joué deux saisons en Turquie, je sais déjà que ça ne va pas être simple de jouer devant leur public, je peux déjà l’annoncer ! Après, on a les championnes du monde en titre serbes dans la poule, c’est clairement un groupe difficile, mais on sait que quand on dispute un Championnat d’Europe, on joue contre les meilleures équipes, donc il faudra passer par là. Notre objectif sera de passer au deuxième tour.

L’équipe de France sera notamment privée de ta grande amie Isaline Sager-Weider, qui vient de se blesser sérieusement au genou, quelle a été ta réaction quand tu as appris ça ?
C’est un coup dur, j’ai été triste pour elle qui avait été épargnée jusqu’à présent, et je dois avouer que toute la semaine dernière, je n’étais pas sereine à l’entraînement, j’y ai pensé, moi non plus je n’ai jamais été blessée sérieusement. Je l’ai eue au téléphone, on a échangé des messages, il va falloir qu’elle soit courageuse, elle sait déjà qu’elle veut revenir. Et il y a aussi Eva (Elouga, également sérieusement blessée au genou), c’est dur pour elle car c’est déjà la deuxième fois qu’elle se blesse au genou, c’est difficile de revenir à chaque fois d’une telle blessure.