Accueil >>
HOME
(Miniature) Le Journal des Bleues : Fin de saison pour Sager-Weider et Elouga
Photo : Paris Media
12/02/2019
Le Journal des Bleues : Fin de saison pour Sager-Weider et Elouga
La semaine des Bleues a été marquée par deux mauvaises nouvelles : les sérieuses blessures au genou des centrales Isaline Sager-Weider et Eva Elouga, qui vont se faire opérer et seront privées de la fin de saison et de l'EuroVolley 2019.
Coup dur pour Eva Elouga, Isaline Sager-Weider, leurs clubs respectifs et l’équipe de France ! Les deux Bleues, touchées il y a dix jours lors de leurs matchs respectifs de Ligue A féminine à Saint-Raphaël et à Quimper, ont eu confirmation la semaine dernière de ce qu’elles craignaient : rupture des ligaments croisés du genou gauche pour la jeune joueuse de France Avenir 2024, rupture du ligament croisé antérieur du genou droit pour la centrale du Stade Français-Paris-Saint-Cloud.

Deux blessures qui vont les conduire à se faire opérer d’ici trois semaines, à Toulouse pour Eva Elouga, à Paris pour Isaline Sager-Weider, avant d’entamer une longue rééducation. "Je suis dégoûtée, a confié, cette dernière, pour qui c’est, à 30 ans, la première blessure sérieuse, mais c’est comme ça, il va falloir s’accrocher pour revenir". Pour Eva Elouga, ce n’est malheureusement pas une première, puisque la centrale des Bleues (19 ans) avait subi une blessure similaire il y a trois ans.

L’une comme l’autre manqueront donc toute la fin de la saison avec leur équipe de Ligue A, mais également la saison internationale, dont l’EuroVolley 2019 féminin (23 août-8 septembre), puisqu’il faut au minimum six mois à partir de l’opération pour revenir après une telle blessure. Un coup dur pour l’équipe de France, qui, sur le même poste, devra se passer de l’expérience précieuse d’Isaline Sager-Weider et de la jeunesse talentueuse d’Eva Elouga.

C’est donc sans elles que s’est disputée ce week-end la 16e journée de Ligue A qui a vu leurs deux équipes respectives s’incliner : France Avenir 2024, avec Amandha Sylves (4 points) et une percutante Manon Moreels (19 points, à 57% en attaque), a été dominé à domicile par Béziers (16-25, 26-28, 18-25), emmené par Juliette Fidon (7 points, 50% en attaque, 1 ace et 1 bloc), tandis que le Stade Français Paris-Saint-Cloud, avec Lara Davidovic (9 points, 8/21 en attaque et 1 bloc), a également été battu chez lui, victime de Saint-Raphaël (26-28, 18-25, 25-23, 18-25).

Dans les autres matchs, le choc de la journée opposait le leader, Mulhouse, à son dauphin, Cannes, et c’est l’équipe alsacienne, avec Léa Soldner titulaire au poste de libero, qui, malgré le bon match dans les rangs du Racing de la centrale des Bleues, Christina Bauer (11 points, 8/11 en attaque, 2 aces et 1 bloc), l’a nettement emporté (25-11, 27-25, 25-17) face à une formation azuréenne toujours privée d’Helena Cazaute, touchée à l’épaule droite. Mulhouse compte désormais six points d’avance sur Cannes, tandis que Le Cannet reste troisième après sa victoire, sans Amandine Giardino, sur Marcq-en-Baroeul (25-22, 25-18, 25-16).

Victoire également pour le quatrième Nantes qui, emmené par Lucille Gicquel (21 points, 18/47 en attaque, 2 blocs et 1 ace), a dominé Vandoeuvre-Nancy en quatre sets (25-20, 24-26, 25-20, 25-22), une équipe lorraine au sein de laquelle Manon Bernard était titulaire au poste de libero, tandis que Bruna Pezelj a fait une courte entrée en jeu (1 point). Enfin, Venelles, avec Pauline Martin restée sur le banc, a battu Quimper de Nina Stojilkovic (1 point) en trois sets (25-18, 25-15, 25-17), tandis que Mougins, malgré le gros match à la pointe de Julie Oliveira Souza (25 points, 51% en attaque, 3 blocs et 2 aces), a été battu à domicile par Chamalières (25-21, 17-25, 25-13, 21-25, 14-16).

En Italie
, la poule de maintien/rélégation en Serie A2 a idéalement débuté pour Alexandra Dascalu et Baronissi, par une victoire en trois sets sur Sassuolo (25-22, 28-26, 25-16), à laquelle la pointue de l'équipe de France a largement contribué puisqu'elle a terminé meilleure marqueuse de la rencontre (21 points, 44% en attaque et 3 aces), ce qui permet à son équipe de passer en tête de la poule aux dépens de sa victime du week-end.