Accueil >>
HOME
20/03/2019
Europe : Grebennikov près du titre, Chaumont sorti
Jenia Grebennikov et Trentino Volley ont parfaitement négocié mardi la finale aller de la Coupe de la CEV en dominant Galatasaray en trois sets. En quarts de finale retour de la Ligue des champions, le Zénith Kazan d'Earvin Ngapeth a failli chuter face à Gdansk, avant de s'imposer au set en or, Chaumont s'est incliné à Pérouse mercredi soir (3-0).
Battu en finale de la Ligue des champions l’année dernière par Kazan, Jenia Grebennikov remportera peut-être cette saison son premier titre européen : devant son public, son équipe de Trentino a en effet fait un grand pas vers la victoire en Coupe de la CEV en dominant mardi soir Galatasaray en finale aller. Trois sets (25-15, 25-15, 25-20) ont suffi aux partenaires du libero de l’équipe de France pour dominer un adversaire sans solution, faisant dire à l’entraîneur de Trentino, Angelo Lorenzetti : "Nous avons livré un match convaincant à tous les niveaux. Galatasaray a eu beaucoup de difficultés ce soir, leurs joueurs sont apparus très fatigués. Je voudrais féliciter mon équipe pour sa performance, je suis content, mais nous avons encore beaucoup à faire. Notre expérience européenne nous apprend que rien n’est joué. Un match très différent peut nous attendre dans une semaine en Turquie, nous verrons".

La finale retour aura effectivement lieu le 26 mars à Istanbul, Trentino aura besoin de deux sets ou d’un set en or (si Galatasaray gagne 3-0 ou 3-1) pour remporter cette Coupe de la CEV après deux finales perdues, en 2015 face au Dinamo Moscou et en 2017 contre Tours.

Du côté de la Ligue des champions, on a failli assister à une énorme surprise mardi soir en Russie en quarts de finale retour : vainqueur 3-2 à l’aller en Pologne, le quadruple tenant du titre, le Zénith Kazan, est passé à deux doigts de l’élimination face à Gdansk. La formation polonaise a en effet mené deux sets à un (23-25, 23-25, 25-23) avant de se procurer quatre balles de match et donc de qualification dans le quatrième, qu’elle a finalement perdu (29-27), avant de tout de même remporter le match (15-17 au tie-break), mettant ainsi un terme à une série d’invincibilité de 30 matchs consécutifs du Zénith en Ligue des champions. Les deux équipes se sont alors départagées au set en or et c’est un ace de Maxim Mikhailov (21 points) qui a permis aux partenaires d’Earvin Ngapeth (18 points, 44% en attaque, 2 blocs et 2 aces) de s'imposer (15-12) et de se qualifier pour la neuvième fois de suite pour les demi-finales de la compétition.

"Nous avons malheureusement mal joué, avec un grand nombre de fautes au service. Je pense que tout est question de mental, parce que nous ne nous entraînons pas moins et que nous avons des joueurs expérimentés, la pression est vraiment très forte, a réagi l’entraîneur russe du Zénith, Vladimir Alekno. Nous avons cependant fait preuve de caractère et une telle victoire fera du bien à l’équipe". Dans les rangs polonais, l’entraîneur Andrea Anastasi s’est fait lyrique pour saluer la performance de ses joueurs : "Après un tel match, je voudrais remercier toutes les mères de mes joueurs pour avoir donné naissance à de tels bons sportifs. Je pense que c’est le moins que l’on puisse dire après une performance aussi brillante. Je pense que nous avons fait une bonne chose pour le volley-ball en Pologne, nous avons montré au monde entier et à l’Europe que la Pologne a de grandes équipes, nous avons vraiment joué du très bon volley".

L’exemple de Gdansk aurait pu inspirer Chaumont qui, une semaine après avoir perdu au tie-break à domicile face au champion d’Italie, Pérouse, se rendait mercredi en Italie, mais les champions de France 2017 sont tombés sur plus forts qu'eux, battus en trois sets (25-21, 25-16, 25-17) par les partenaires de Wilfredo Leon (16 points) et donc éliminés de la compétition.
 Reste un très beau parcours pour le CVB 52 qui, en deux ans pour ses deux premières participations à la Ligue des champions, est à chaque fois parvenu à sortir de sa poule. Pérouse défiera en demi-finale le Zénith Kazan, où évoluait jusqu'à la saison dernière le même Leon...