Accueil >>
HOME
(Miniature)  Coupe de France : Et de dix pour Tours !
Photo : Julien Crosnier/FFVolley
10/03/2019
Coupe de France : Et de dix pour Tours !
Détenteur du record du nombre de victoires en Coupe de France, Tours a remporté l’épreuve pour la dixième fois dimanche dans son Palais des Sports Robert-Grenon. En finale du Final Four, le TVB n’a laissé aucune chance à Chaumont, nettement dominé (25-22, 25-13, 25-18).
Présenté comme le grand favori du Final Four de la Coupe de France qu’il accueillait ce week-end dans son Palais des Sports Robert-Grenon, Tours, malmené samedi en demi-finale par une méritante équipe de Narbonne (3-2), n’a pas laissé passer l’occasion dimanche de garnir sa collection de trophées d’une dixième Coupe de France (la première en 2003, preuve de sa domination sur l'épreuve depuis plus de quinze ans), que le club n'avait plus remportée depuis 2015.

Opposé à Chaumont, tombeur de Rennes la veille (3-1), pour un remake de la finale du Championnat de France 2018 qui l’avait vu s’imposer en quatre sets, le TVB a sorti la grosse artillerie pour littéralement assommer son adversaire qui, hormis dans un premier set longtemps serré, n’a jamais entrevu une lueur d’espoir de remporter sa première Coupe de France.

Le capitaine Nathan Wounembaina et le central de l’équipe de France Barthélémy Chinenyeze auront été lors de la première manche les détonateurs de la bonne entame tourangelle, avec respectivement 7 et 5 points (tous les deux à 83% de réussite offensive), le premier, comme un symbole, concluant au bloc ce set (25-22) qui aurait pu tourner autrement si Martin Atanasov, en bonne position, n’avait raté une belle occasion d’égaliser à 23-23.

Galvanisés par le gain de cette manche initiale et par le soutien d’une salle pleine à craquer (3152 spectateurs, record dans sa configuration actuelle), les champions de France vont dérouler dans le second, d’entrée mis sur orbite par deux aces de Dmytro Teryomenko (3-0), Hermans Egleskalns au service (10 points en tout) et Chinenyeze au bloc donnant six points d’avance aux champions de France (8-2). Intouchables, à l’image de Wounembaina, auteur d’un ace à 104 km/h (10-2), d’un Chinenyeze encore intraitable au bloc, d'un Hubert Henno impeccable en réception sur les services adverses et d’un Teryomenko encore décisif au service, les Tourangeaux, malgré les rotations effectuées par Silvano Prandi dans le camp du CVB 52
, creusent un grand écart (16-6) et c’est le capitaine Wounembaina qui conclut la seconde manche d’une roulette au-dessus de la défense champenoise (25-13).

Le troisième set tourne encore à la démonstration avec un Egelsklans déchaîné au service et en attaque, un Trinidad qui s’invite à la fête au bloc (19-11), aussitôt imité par Gazmend Husaj, tandis que d’un ace, Maxime Capet donne dix points d’avance au TVB (21-11). Teryomenko procure une première balle de match à l'équipe de Patrick Duflos (24-15) et c'est finalement Chinenyeze au centre qui, de son 12e point (meilleur marqueur de la rencontre, à 83% en attaque et 2 blocs), offre une dixième Coupe à Tours (et une qualification pour la Coupe de la CEV en attendant peut-être la Ligue des champions), faisant chavirer de bonheur le Palais des Sports.

L'actuel leader de Ligue A va désormais tenter le doublé Coupe-Championnat, tandis que Chaumont va devoir de son côté vite digérer son deuxième échec en finale de la Coupe de rang (défaite face à Tourcoing 3-2 en 2018) pour se concentrer sur la prochaine très grosse échéance qui l'attend mardi, la réception de Pérouse en quarts de finale aller de la Ligue des champions.

la feuille de match

Les réactions : 

Patrick Duflos (entraîneur de Tours) :
« C’est le scénario rêvé, le jour et la nuit par rapport à la demi-finale, tout marche : une qualité de réception et de service exceptionnelle, on peut distribuer le jeu comme on veut, tous les attaquants sont performants, un bloc/défense qui fonctionne… C’est comme dans un livre, tout ce que nous avons mis en place aujourd’hui a marché, c'est le match idéal au bon moment. C’est mon premier trophée en tant qu’entraîneur en France, c’est à la fois un soulagement et beaucoup de fierté en raison de l’investissement que chacun met, ça fait du bien de gagner quand on a autant d’attente derrière soi ».

Barthélémy Chinenyeze (central de Tours) : « C’est la finale parfaite : un premier set assez disputé, après, on arrive à jouer notre jeu, à dérouler, on leur met une grosse pression en service/réception et au bloc, je pense qu’on a été bons partout, on était inarrêtables, avec vraiment l’envie de gagner cette Coupe, on a été des tueurs. C’est mon premier titre en club, avant la finale, j’avais dit que je voulais cette Coupe à tout prix, ça fait super plaisir, c’est aussi pour ça que je suis venu à Tours. Je voulais le dernier point, le passeur est venu me voir et m’a dit que celle-là était pour moi, je l’ai mis, c’est parfait. »

Silvano Prandi (entraîneur de Chaumont) : « Aujourd’hui, je remercie Tours pour la leçon qu’il a donnée, c’est tout ce que j’ai à dire… »

Baptiste Geiler (capitaine de Chaumont) : « Ils n’étaient pas intouchables, mais ils ont très bien joué, ils nous ont mis beaucoup de pression au service, on n’a pas su faire ce qu’il fallait, on a beaucoup trop servi sur Henno, ils étaient du coup dans un fauteuil en réception, et quand tu arrives à avoir de la réception, tu peux développer ton jeu, ils ont su le faire ce soir. On est déçus, parce que quand on va en finale, c’est pour la gagner, ce que nous n’avons pas réussi à faire. Maintenant, la Coupe de France est finie, place à la Ligue des champions. »