Accueil >>
HOME
(Miniature) Le Final Four de la Coupe vu par Henno, Geiler, Jaumel et Tavares
Photos : Rennes Media/Tours Media/FFVolley/LNV
07/03/2019
Le Final Four de la Coupe vu par Henno, Geiler, Jaumel et Tavares
La salle Robert-Grenon de Tours accueille ce week-end le Final Four de la Coupe de France, avec les demi-finales entre Rennes et Chaumont d’une part, entre Narbonne et Tours d’autre part. Le libero Hubert Henno (Tours), les passeurs Yoann Jaumel (Narbonne) et Miguel Tavares (Rennes) et le réceptionneur/attaquant Baptiste Geiler (Chaumon) évoquent ce rendez-vous.
Que représente la Coupe de France pour vous ?

Hubert Henno (Tours) :
« C’est un titre à gagner, et tout ce qui est titre ou trophée fait partie des objectifs de Tours, c’est donc forcément une étape importante de notre saison. Après notre élimination en Ligue des champions, la Coupe de France organisée chez nous est une nécessité. »
Yoann Jaumel (Narbonne) : « C’est une compétition importante, puisque c’est une des deux compétitions en France avec le Championnat, il n’y a pas de Coupe de la Ligue comme dans d’autres sports. C’est donc un trophée à gagner, et pour tous les joueurs, c’est important de gagner des trophées, c’est pour ça qu’on fait du haut niveau. »
Baptiste Geiler (Chaumont) : « C’est un titre rapide à obtenir, puisqu’il n'y a que quatre matchs à jouer pour remporter l’épreuve. Personnellement, je n’ai encore jamais remporté de titre en France, j’attends beaucoup de ce Final Four, parce que j’aimerais décrocher ce titre et c’est aussi très important pour Chaumont qui attend beaucoup de cette compétition qu’il n’a encore jamais gagnée. Je suis très excité d’y être. »
Miguel Tavares (Rennes) : « C’est une compétition très sympa, c’est toujours excitant de jouer des matchs couperets où soit tu continues la compétition, soit tu t’arrêtes. C’est une très bonne occasion pour Rennes de remporter un trophée et c’est une belle récompense pour tout le travail qu’on a fait collectivement depuis le début de la saison. »

Si vous ne deviez retenir qu’un souvenir marquant de la Coupe, quel serait-il ?

Hubert Henno (Tours) :
« Ma première victoire avec Tours (fin 2002, Coupe 2003). Parce que c’était la première du club qui n’avait jamais rien gagné. En plus, nous n’étions pas favoris, je me souviens de l’engouement que cette victoire avait suscité à Tours, de la joie des dirigeants et de l’énorme tremplin que ça a constitué ensuite pour le club. »
Yoann Jaumel (Narbonne) : « Plutôt un mauvais souvenir : j’ai perdu une finale de Coupe de France avec Montpellier face à Beauvais en 2008 alors qu’on menait 2-0. J’espère avoir un meilleur souvenir après ce week-end à Tours. »
Baptiste Geiler (Chaumont) : « C’est ma finale perdue avec Montpellier contre Beauvais. C’était particulier pour moi, parce que c’était ma première saison professionnelle, ma première finale, et en plus, je jouais avec mon frère. Nous étions passés tout près du titre, mais c’était une aventure exceptionnelle. Et c’est vrai qu’il y avait aussi Yoann ! »
Miguel Tavares (Rennes) : « La victoire l’année dernière avec Tourcoing qui est l’un de mes meilleurs souvenirs en club, même si la montée en Ligue A l’année d’avant reste au-dessus. Je retiens aussi notre qualification en janvier pour les demi-finales à Poitiers qui a été un moment très émotionnel, on avait fait un très bon match de volley, en étant très solidaires. »

Qui est selon vous le favori du Final Four ?

Hubert Henno (Tours) :
« Nous ! Nous sommes premiers du Championnat, nous sommes l’équipe à battre, nous jouons chez nous, toutes les conditions sont réunies pour que nous soyons le favori. »
Yoann Jaumel (Narbonne) : « Sans contestation, c’est Tours. Ils sont chez eux, sont sur une très bonne dynamique en Championnat puisqu’ils enchaînent les victoires… »
Baptiste Geiler (Chaumont) : « Tours, d’abord parce qu’ils jouent à domicile devant leur public, ensuite, parce que c’est l’équipe du Championnat, avec le plus gros budget. Après, Rennes a une bonne équipe, Narbonne joue bien en ce moment, et nous, on a un gros collectif, on peut aller chercher ce titre. Et sur un match, ça peut aller très vite. »
Miguel Tavares (Rennes) : « Pour moi, il n’y a pas de favori. Chaque équipe a 25% de chances de gagner la Coupe de France. »

Quelles sont les forces et les faiblesses de votre équipe ?

Hubert Henno (Tours) :
« Les forces, c’est que nous nous basons sur une bonne qualité de service avec beaucoup de physique, une très bonne qualité de réception et un jeu très offensif et très varié par notre passeur. Les faiblesses, ce n’est pas à moi de le dire, mais c’est que nous ne sommes pas invulnérables. Nous sommes favoris et nous n’avons perdu depuis un moment en Championnat, ça va bien arriver un jour, espérons que ce soit le plus tard possible ! »
Yoann Jaumel (Narbonne) : « Nos forces, c’est qu’on peut mettre beaucoup d’agressivité au service et au bloc/défense derrière. A l’inverse, on peut parfois faire pas mal de fautes et dans ces conditions, c’est plus difficile pour nous d’exister. »
Baptiste Geiler (Chaumont) : « Nos forces, c’est que nous sommes très bons au service, nous pouvons vraiment mettre à mal la réception adverse, nous avons aussi un bon système bloc/défense. La faiblesse, c’est nous : tout dépend de nous. Si nous arrivons à jouer à notre niveau, nous pouvons battre tout le monde, si on baisse un peu de niveau, on peut déjouer un peu, ce qui nous est arrivé cette saison en Championnat contre Nice et d’autres équipes, on a eu du mal à développer notre jeu et on a perdu. »
Miguel Tavares (Rennes) : « Notre force, c’est notre groupe, on a un mix entre expérience et jeunesse, ça donne un bon collectif. Et nous sommes très solidaires, chacun est prêt à tout donner pour aider l’autre, on ne se relâche pas pendant tout le match. On a aussi une grosse envie de gagner et on le montre sur chaque match et chaque entraînement. S’il fallait trouver un point faible, peut-être le manque d’expérience de quelques joueurs de ce type de moments décisifs, mais je pense que c’est aussi un point fort. »

Quel est le joueur à surveiller chez vos trois concurrents de ce Final Four ?

Hubert Henno (Tours) :
« A Narbonne, je mettrais leur récép/attaq Zanotti qui est vraiment en forme en ce moment, c’est un bon récep 4, très technique, avec un bon service. A Chaumont, leur central américain Averill fait une grosse saison, il est vraiment très intéressant. A Rennes, j’aime bien leur passeur portugais (Miguel Tavares), mais je trouve que le joueur toujours très dangereux reste quand même Kamil Baranek qui a beaucoup d’expérience. Il a gagné des titres, sait ce que c’est, et en forme, il peut faire basculer un match, ce sera un des hommes à surveiller. »
Yoann Jaumel (Narbonne) : « A Rennes, je dirais Van den Dries, un pointu très performant. A Chaumont, le central Taylor Averill qui fait une très bonne saison et a sorti de gros matchs en Ligue des champions. A Tours, il y a un très beau collectif, mais je pense que Nathan Wounembaina est leur métronome. Mais je pense que les quatre équipes s’appuient plus sur un collectif que sur des individualités, tous les joueurs peuvent apporter leur pierre à l’édifice. »
Baptiste Geiler (Chaumont) : « A Tours, il y a Wounembaina et leur pointu Egleskalns, ce sont de très bons joueurs offensifs, au service et en bloc/défense. A Narbonne, leur pointu Baroti et leur récep-attaq argentin (Lisandro Zanotti) qui avait fait un super match contre nous. A Rennes, Baranek fait une bonne saison, Delgado aussi, au centre, il y a leur Bulgare (Krasimir Georgiev), sans oublier le pointu Van den Dries et bien sûr le passeur Tavares qui mène bien l’équipe. »
Miguel Tavares (Rennes) : « A Chaumont, Averill qui est vraiment un point sûr de l’équipe, leur performance dépend aussi des prestations de leur pointu (Wassim Ben Tara ou Julien Winkelmuller) et de leur récep 4 (Martin Atanasov). A Tours, qu’on vient de jouer, ce n’est pas un joueur qu’il faut surveiller, c’est toute l’équipe : Egleskalns et Nathan Wounembaina sont des joueurs confirmés, les deux centraux (Georgiev et Chinenyeze) sont très forts en attaque, l‘Ukrainien (Dmytro Teryomenko) très performant au service, ils ont aussi un très bon passeur (Angel Trinidad). A Narbonne, je dirais leur pointu (Arpad Baroti) car ils jouent beaucoup pour lui. S’il est dans un bon jour, il peut rendre la vie compliquée à Tours en demi-finale. »

Si vous deviez faire la promotion de ce Final Four auprès du public, que lui diriez-vous ?

Hubert Henno (Tours) :
« Le Final Four est la première compétition masculine de la saison qui va aboutir sur un titre et attribuer une place européenne, c’est un événement majeur du volley français et ça se joue à Tours dans une salle qui risque d’être pleine, je crois que pour vivre un beau week-end de sport, il faut venir, parce qu’il va y avoir du spectacle avec quatre belles équipes. »
Yoann Jaumel (Narbonne) : « Le Final Four regroupe quatre belles équipes, avec quatre matchs sur deux jours qui vont permettre de voir du haut niveau dans une belle salle où il y aura de l’ambiance. »
Baptiste Geiler (Chaumont) : « Il va y avoir un très beau spectacle, parce que les quatre équipes vont se donner à fond pour aller chercher le titre. »
Miguel Tavares (Rennes) :
« Ça va être un week-end de beau niveau de volley, à ne pas manquer, c’est la première fois que ça se joue sur un Final Four, ça va être une très bonne organisation dans une très belle salle, c’est un événement dont on se souviendra, ça serait dommage de le rater ! »

Le programme du Final Four à Tours :

Samedi 9 mars : demi-finales


16h Rennes Volley 35 - Chaumont Volley Ball 52
19h Narbonne Volley - Tours Volley Ball

Dimanche 10 mars

15h Finale pour la 3e place
18h Finale