Accueil >>
HOME
(Miniature) CM 2018 : Patry veut se montrer
(c) Julien Crosnier/FFVolley
14/09/2018
CM 2018 : Patry veut se montrer
Auteur A.C., à Roussé
Deuxième pointu de l’équipe de France, Jean Patry a fait une entrée remarquée jeudi face au Brésil (2-3) lors du deuxième match des Bleus de la poule B du championnat du monde. A seulement 21 ans, le Montpelliérain, qui pourrait avoir du temps de jeu ce soir face à l’Egypte, progresse à pas de géant.
Comme ses partenaires, Jean Patry était abattu jeudi soir en sortant de la Monbat Arena de Roussé après la défaite de l’équipe de France d’extrême justesse face au Brésil (3-2). Et il y avait de quoi : d’abord acculés par des champions olympiques intouchables pendant deux sets, les Bleus ont failli renverser le match, réussissant à pousser leurs rivaux au tie-break avant de mener 10-7 puis de coincer au moment de conclure (12-15), repoussés dans les cordes par Lipe et consorts. "C’était un match héroïque, ils nous ont étouffés, et puis les très belles rentrées de Jean (Patry), Antoine (Brizard) et Thibault (Rossard) ont modifié le cours du match", notera après-coup Laurent Tillie. Effectivement, le coaching de ce dernier a permis aux entrants d’apporter un nouveau souffle aux Bleus, à l’image de Jean Patry, auteur de 5 points.

Si tout n’a pas été parfait (5/14 en attaque), le Montpelliérain s’est vu offrir une première occasion sur ce Championnat du monde de montrer qu’il pouvait être une bonne alternative au pointu titulaire, Stephen Boyer, lui qui disait avant de s’envoler pour la Bulgarie : "J’ai envie d’avoir le plus de temps de jeu possible. Avec Stephen, on peut avoir une bonne complémentarité, c’est un plus pour l’équipe de France d’avoir plusieurs possibilités. Lui est un peu plus impressionnant que moi, peut-être un peu plus rapide, physiquement, il saute haut, moi je suis peut-être un peu plus posé, mais presque aussi efficace".

Le tout dit avec l’assurance d’un vieux briscard alors que l’intéressé, 2,07 m sous la toise, n’a que 21 ans, une sérénité liée en partie à un poste de pointu qui ne laisse pas la place au doute : "C’est un poste qui implique à la fois d’être efficace et sûr de soi. Si tu doutes, ça peut vite devenir compliqué, il faut avoir de la confiance, sinon, tu peux déjouer", ajoute le fils de l’ancien international Christophe Patry. Un vrai enfant de la balle donc qui, après un parcours classique (Pôle Espoirs, CNVB), a effectué ses débuts pro à 19 ans chez lui, à Montpellier, propulsé titulaire au MUC, où il s’impose comme l’un des tous meilleurs pointus de Ligue A, avant de confirmer la saison suivante, meilleur attaquant du Championnat en 2017/2018.

Cette trajectoire ascensionnelle, il va également la connaître en équipe de France, intégrée au cours de l’été 2017, presque naturellement, après la retraite internationale d'Antonin Rouzier : "Les Bleus, c’est un vrai objectif depuis toujours, mais c’est vrai que je ne pensais pas y arriver aussi rapidement". Et l’intéressé d’ajouter, lorsqu’on lui parle de son statut en sélection : "Mon objectif, c’est d’être un jour le pointu de l’équipe de France. L'équipe de France, j’en ai envie depuis toujours, j’ai toujours voulu être au plus haut niveau. Maintenant, je garde les pieds sur terre : je sais que ça passe par beaucoup de travail et de résultats".

Du travail, l’équipe de France en a fourni beaucoup pour préparer ce Championnat du monde, six semaines de préparation, avec l’ambition justement d’obtenir en Bulgarie et en Italie des résultats meilleurs qu’au Championnat du monde 2014 en Pologne (quatrième place), dont Jean Patry, qui était alors junior, n’a rien oublié : "J’étais complètement en folie de leur parcours et finalement frustré de les voir chuter si près du podium, ce dernier match contre l’Allemagne avait laissé un goût amer pour eux, mais aussi pour nous, téléspectateurs. C’est quelque chose qu’on essaiera de ne pas revivre". Malgré la défaite de jeudi face au Brésil, la France est pour l’instant dans les clous de ses objectifs, mais la route est encore très longue jusqu'à Turin, terme de la compétition, avec un match piège dès ce vendredi soir face à l’Egypte, qui a posé bien des problèmes au Canada la veille. Avec Jean Patry titulaire ou sur le banc, les Bleus viseront les trois points et rien d’autre…