Accueil >>
HOME
26/08/2018
Mémorial Wagner : Les Bleus s'offrent le Canada
Opposée ce dimanche au Canada de Stéphane Antiga, l'équipe de France a terminé sur une bonne note le tournoi amical organisé à Cracovie, avec une victoire méritée (18-25, 25-22, 25-22, 25-16).
Battue en quatre manches vendredi par la Russie et vaincue au tie break par la Pologne samedi, l'équipe de France masculine a renoué avec le succès ce dimanche à la Tauron Arena de Cracovie, à exactement deux semaines du début du Championnat du monde 2018 en Bulgarie et en Italie (du 9 au 30 septembre). Après un départ manqué, les Bleus ont pris la mesure de la sélection canadienne entraînée par la légende française Stéphane Antiga en quatre sets, en faisant preuve de beaucoup de sérieux et de détermination.

L'équipe de France débute le match avec le même six de départ que la veille contre la Pologne, soit Kévin Tillie, Kévin Le Roux, Earvin Ngapeth, Benjamin Toniutti, Nicolas Le Goff et Jean Patry, plus Jénia Grebennikov en libéro. Mais l'entame de partie ressemble davantage à celle du match de vendredi contre la Russie, avec un retard à l'allumage côté tricolore. Le Canada prend rapidement quatre points d'avance (7-11) et domine les débats.
 Très inspirés au service, à l'image du passeur Jay Blankenau, les hommes de Stéphane Antiga ne laissent pas les Français trouver leur rythme et prennent la première manche en 21 minutes (18-25).

Barthélémy Chinenyeze remplace Kévin Le Roux dès le début du deuxième set, que les Bleus attaquent avec plus de mordant, à l'image d'un Earvin Ngapeth de plus en plus incisif. En s'appliquant au service et en haussant le ton en défense, le précieux Nicolas Le Goff et ses partenaires font la course en tête tout au long de la manche. Par deux fois, le Canada revient à hauteur (7-7, puis 15-15), mais la France ne panique pas et prend un avantage décisif sur un bloc de son capitaine Benjamin Toniutti (18-15). Earvin Ngapeth se charge de finir les points dans le "money time" et les Bleus égalisent à une manche partout (25-22).

Comme lors des matchs face à la Russie et à la Pologne, Laurent Tillie et son staff choisissent d'opérer un important turnover dans la troisième manche, avec les entrées de Julien Lyneel et Thibault Rossard à la place d'Earvin Ngapeth et Kevin Tillie, ainsi que le maintien d'Antoine Brizard, qui avait remplacé Benjamin Toniutti en toute fin de deuxième set. Les deux équipes se rendent coup pour coup jusqu'au milieu du troisième acte, moment choisi par Thibault Rossard pour prendre feu. Le réceptionneur-attaquant des Bleus, qui évolue en club en Pologne (au Resovia Rzeszów), réussit une magnifique série de services qui donne quatre longueurs d'avance aux siens (16-12). Le Canada se bat pour revenir, mais Rossard, encore lui, stoppe leur remontée (22-19) et la France bascule en tête (25-22).

La revue d'effectif se poursuit dans le quatrième set avec l'entrée de Daryl
 Bultor à la place de Nicolas Le Goff. Bien décidés à pousser les Bleus au tie break, les Canadiens démarrent fort la quatrième manche, mais une fois de plus, les Tricolores restent concentrés et saisissent les opportunités qui s'offrent à eux. Jean Patry égalise sur une belle attaque (7-7) et les Bleus prennent l'ascendant dans la foulée. Fatigués, les Nord-Américains commettent de plus en plus de fautes et voient leurs adversaires se détacher inexorablement (13-9, puis 21-13). Ils ne reviendront pas (25-16 dans le quatrième set). L'équipe de France décroche un succès mérité qui valide l'intense travail effectué depuis le début de la préparation. Pour ce qui est de la suite du programme, les Bleus rentrent en France en début de semaine et s'entraîneront à Paris avant de défier les Serbes, dimanche prochain à Coubertin (17h30).

Laurent Tillie, entraîneur de l'équipe de France : "Ç'a été difficile au départ, parce que les Canadiens nous ont bien fait déjouer. Ils ont joué sans faire de fautes et avec beaucoup de réussite, et de notre côté, on a eu des difficultés à rentrer dans le match au niveau de la concentration. Mais on a réussi à renverser la vapeur sur le deuxième set. J'ai fait les mêmes changements qu'hier et on a continué sur notre lancée, avec plus de réussite et de concentration qu'au début. C'est très satisfaisant, le tournoi est allé crescendo, on a eu du mal au début et on a mieux terminé. A titre individuel, je suis très content des prestations de Jean Patry, qui a été très bon sur les deux premiers matchs et qui s'est un peu essoufflé aujourd'hui, il était un peu fatigué. Tout le monde est monté en puissance, mais Jean Patry a vraiment rayonné sur ce tournoi. Stephen Boyer n'a pas joué du tout ce week-end parce qu'il s'est fait une petite contracture, un torticolis, on n'a pris aucun risque. Barthélémy Chinenyeze n'avait pas joué les deux premiers matchs en raison d'une contracture, mais il a pu jouer aujourd'hui. On espère que ces petits pépins vont se gommer petit à petit et que tout va aller dans le bon sens. Ce tournoi a vraiment été intéressant, parce qu'on a vu nos limites et nos problèmes, et qu'on va pouvoir travailler pour les corriger. On a affronté de très grosses équipes qui nous ont mis en difficulté. Ces trois matchs ont été de bons tests, car c'est dans la difficulté qu'on avance et qu'on progresse."