Accueil >>
HOME
Actualités FFVB
Voir tout
01/10/2018
Edouard Rowlandson : « Ravi de rejouer avec Youssef »
En juin 2016, après l'échec de la qualification olympique avec Youssef Krou sur la Continental Cup, Edouard Rowlandson décidait de mettre le beach de côté. Cet été, il a renoué avec le compétition, remportant avec Olivier Barthélémy le World Tour 1 étoile de Montpellier. Désormais de nouveau associé à Youssef Krou, Edouard, 30 ans, savoure ce retour, les deux amis disputant cette semaine le World Tour 3 étoiles de Qinzhou.
Pourquoi as-tu décidé de rejouer ?
Ça faisait un an que j’avais en tête de rejouer après une coupure de deux ans qui m’a donné l’occasion de souffler et de prendre pas mal de recul par rapport au sport de haut niveau. Pendant ces deux ans, j’ai vécu une « vie normale », avec un travail tous les jours, j’avais ouvert un coffee shop en montagne, aux Deux-Alpes, j’avais besoin de vivre dans cet environnement montagnard, de me ressourcer au contact de la nature. Cette parenthèse a été très enrichissante, elle m’a aussi permis d’ouvrir les yeux sur la chance qu’on a quand on fait du sport de haut niveau de pouvoir vivre de sa passion et j’ai alors décidé d’y revenir, parce que je me suis rendu compte que ça me manquait.

Comment se sont faites les retrouvailles avec Youssef ?
Quand j’ai décidé de revenir, c‘était clairement la personne avec qui j’avais envie de rejouer, mais je savais très bien qu’il était engagé sur un cycle avec Quincy Ayé, je ne voulais surtout pas perturber quoi que ce soit, ma seule envie dans un premier temps était de retrouver le haut niveau sans aller chambouler les paires actuelles, je me suis donc concentré là-dessus sur cette saison, en participant au Championnat de France Série 1. Mon objectif était de retrouver du rythme et mes sensations au niveau beach, parce qu’il faut savoir que pendant deux ans, j’ai certes fait du sport, mais j’ai complètement coupé avec le ballon, il m’a donc fallu un peu de temps. J’ai commencé avec Florian Gosselin puis Olivier Barthélémy, avec à l’arrivée un bon résultat au World Tour 1 étoile de Montpellier, puisque nous avons remporté le tournoi avec Olivier. Cela a vraiment été le déclic qui m’a permis de me dire que j’étais sur la bonne voie. Après, indépendamment de mon retour, il s’est avéré que les responsables du beach à la Fédération ont souhaité tenter de nouvelles paires, le fait que j’aie obtenu ce résultat à Montpellier a été une étape décisive dans leur décision de relancer notre association avec Youssef.

Comment accueilles-tu ces retrouvailles ?
Je suis bien évidemment ravi de rejouer avec lui. Nous avons des automatismes, un vécu ensemble très solide, et en plus, on s’entend vraiment très bien. Quand j’ai arrêté, on ne s’est pas quittés en mauvais termes, au contraire, on est restés très proches, il y a des liens très intimes entre nous. Maintenant, on repart sur une toute nouvelle page avec un nouvel environnement, à savoir que nous allons désormais être basés à Toulouse, entraînés par Lissandro Carvalho, le responsable du projet beach à la Fédération, et Elmer Calvis, son bras droit et préparateur décisif. Parallèlement, nous allons avoir le soutien du Ré Beach Club de Loïc de Kergret, où nous sommes maintenant licenciés.

Quel est votre programme à venir ?
Nous venons de débuter une première phase qu’on va appeler remise en situation de compétition pour retrouver nos marques en tant qu’équipe, en sachant qu’on repart de zéro, donc on va passer par la guerre des qualifs, avec deux tournois à Chine (3 étoiles de Qinzhou, voir ci-dessous, et 4 étoiles de Yangzhou, 9-14 octobre), puis un à Las Vegas (4 étoiles, 16-21 octobre). Ensuite, on va avoir une grande période de préparation en novembre-décembre avec un travail de fond très intense, de structuration de la team, avec ce nouvel environnement dont je parlais, on va pouvoir aller dans l’intensité pour repartir sur une nouvelle saison qui débutera en janvier aux Pays-Bas.

Quels objectifs vous fixez-vous ? La qualification olympique ?
C’est évidemment un objectif, mais nous allons fonctionner beaucoup plus avec des objectifs à court terme pour ensuite envisager cet objectif qui doit être un aboutissement, la conséquence de tout le travail qu’on va mettre en place. L’expérience de Rio, l’échec de notre qualification, nous a conduit à voir les choses différemment : avant Rio, on ne pensait qu’à ça, on ne se focalisait que sur ce seul objectif, là, on va essayer de fonctionner étape par étape, tournoi par tournoi, en sachant qu’en deux ans, il y aura énormément d’occasions de pouvoir nous exprimer et d’aller chercher des performances.

Des débuts réussis en Chine ! Pour leur premier tournoi commun depuis juin 2016, Youssef Krou et Edouard Rowlandson ont dû passer par les qualifications du World Tour 3 étoiles de Qinzhou, ils se sont inclinés face aux Ukrainiens Popov/Gordieiev (21-19, 21-18), mais ont été repêchés dans le main draw et en ont bien profité, puisqu'ils ont gagné leurs deux matchs de la poule G lundi, ce qui leur assure une place en 8e de finale ! Le premier face aux Turcs Giginoglu/Gögtepe (22-20, 21-16), têtes de série n°7, le second contre les Chinois Liekjiang/Jiaxin (21-19, 21-10), têtes de série n°10.