Accueil >>
HOME
29/09/2017
Le bilan de la saison avec Eric Tanguy
La saison internationale terminée pour ce qui est du volley en salle, et quasiment pour le beach, l’heure est au bilan avec le Président de la FFVolley, Eric Tanguy, qui évoque également l’année 2018 et les projets futurs.
L’équipe de France masculine
"Le bilan est extrêmement positif, même s’il y a un échec sur le Championnat d’Europe qui s’est ressenti sur les performances lors de la World Grand Champions Cup au Japon. Nous avons quand même fait un début de saison sans-faute avec une qualification au Championnat du monde 2018 à Lyon avec cinq victoires en autant de matchs et une Ligue Mondiale quasi-parfaite, que nous avons remportée en ne perdant qu’une fois en treize matchs. C’est la deuxième fois en trois ans que nous gagnons la Ligue Mondiale, ce qui est une performance à souligner car c’est une très grande compétition.
Cette saison aura été très longue, avec 31 rencontres internationales, ça peut expliquer en partie cette fin d’été plus difficile. Elle a été d’autant plus longue que nos joueurs ont fait beaucoup de matchs avec leur club, dans la mesure où nombre d’entre eux évoluent dans les plus grands clubs européens, ce qui les conduit à jouer les phases finales de leurs championnats respectifs et à aller loin en coupes d’Europe. Certains jouent ainsi une cinquantaine de matchs en club, si l’on en ajoute une trentaine avec l’équipe de France, ça finit par faire beaucoup et cela engendre forcément de la fatigue et les petits bobos qui ont touché l’effectif cette saison. Maintenant, je me félicite de constater que de nombreux jeunes joueurs se sont révélés au niveau international, c’est une bonne nouvelle, ça veut dire que notre système de formation est capable de détecter de nouveaux joueurs et de les amener en équipe de France, c’est encourageant en vue des prochaines échéances. Les blessures et les arrêts de joueurs-cadres de l’équipe de France n’ont finalement pas affecté les résultats, puisque l’équipe de France a remporté la Ligue Mondiale.
En 2018, l’objectif prioritaire sera le Championnat du monde, avec un objectif de podium. La dernière fois en Pologne, nous avions terminé quatrièmes, nous essaierons de faire mieux, voire de viser l’or. Quand on gagne la Ligue Mondiale, c’est la preuve qu’on est capable de gagner le Championnat du monde. Il faudra se mettre dans les meilleures conditions pour viser cet objectif. Bien évidemment, nous ne négligerons pas la Ligue Mondiale qui est une compétition qui procure des points contribuant à notre classement mondial. Or ce classement, en plus de servir dans la perspective de la qualification olympique, est un des critères sur lesquels la Fédération est évaluée par le Ministère des Sports. Il y aura donc un double objectif : performer au Championnat du monde et en Ligue Mondiale."

L’équipe de France féminine
"Cette année a été très positive, puisque l’équipe de France dirigée par Félix André a d’abord pu faire un programme complet d’entraînement avant de disputer plusieurs compétitions sur lesquelles elle a affiché des progrès : je pense à la Ligue Européenne avec quatre victoires sur six matchs, ce qui montre une nette amélioration par rapport à la saison précédente avec une équipe pourtant très rajeunie puisque nous travaillons sur la génération 2024. La bonne nouvelle de cette année a été l’invitation de la FIVB pour participer au Grand Prix dans le Groupe 3. C’était la première fois depuis le Championnat du monde 1974 qu’une équipe de France participait à une compétition mondiale, ce retour s’est soldé par un parcours sans-faute sur les deux tournois, six victoires sur six matchs, pour finir par une médaille de bronze au Final Four, la première médaille mondiale de l’histoire du volley-ball français féminin.
Cette équipe de France, qui n’avait disputé qu’une compétition en 2015, n’a pas franchi un fossé, elle a franchi un cratère, avec 23 matchs disputés cette saison ! C’est une grosse satisfaction et ça va continuer puisque l’équipe de France féminine accède en 2018 au Groupe 2 du Grand Prix, là où étaient nos garçons en Ligue Mondiale en 2015. Maintenant, le challenge sera de taille, puisque nous allons être confrontés à de grosses nations du volley international, mais c’est tant mieux, parce que c’est comme ça, au contact de ces équipes de niveau mondial, que nous continuerons à progresser. Avec Emile Rousseaux, Directeur du projet Génération 2024, nous sommes en train de travailler sur le programme de l’année prochaine, avec le double objectif de performer dans ce Groupe 2 et d’aller chercher la qualification pour le Championnat d’Europe 2019."

Beach-volley 
"Les résultats sont assez mitigés, car nous n’avons pas performé sur les grandes épreuves internationales, notamment sur le World Tour, mais nous sommes quand même parvenus à obtenir des résultats sur des tournois CEV Satellite, dont des médailles d’or (Arnaud Loiseau/Arnaud Gauthier-Rat à Göteborg, Margaux Carrère/Alexia Richard à Siofok, Youssef Krou/Quincy Aye à Yantarny), et une victoire pour la paire Krou/Aye sur le World Tour d’Agadir, ainsi qu’une médaille de bronze à Montpellier, sans oublier la troisième place pour les féminines Placette/Chamereau à Agadir. On va parler de saison de transition, avec beaucoup de nouvelles paires et un nouveau projet qui a consisté à contractualiser des joueurs et joueuses dans le but de nous mener jusqu’en 2024 en passant par l’échéance obligatoire de Tokyo 2020. La saison 2018 sera très importante, nous avons besoin d’obtenir des résultats satisfaisants pour rester dans les clous de notre objectif qui est d’avoir des équipes qualifiées pour les Jeux de 2020. La crédibilité de notre projet 2024, qui vise à obtenir une médaille à Paris, passe par une présence à Tokyo."

Le Championnat d’Europe 2019 en France
"L’objectif immédiat est de boucler d’ici la fin de l’année le choix des villes où se dérouleront les matchs du Championnat d’Europe 2019 en France, c’est-à-dire ceux de la poule de l’équipe de France, deux huitièmes de finale et un quart de finale, sachant qu’une demi-finale et la finale auront lieu à l’AccorHotels Arena Paris. Nous allons envoyer un cahier ces charges à toutes les collectivités dotées d’un équipement de plus de 5000 places de façon à ce qu’elles fassent acte de candidature et que nous puissions trancher. Au niveau de l’organisation, un comité de pilotage composé d’un représentant des quatre pays (France, Belgique, Pays-Bas, Slovénie) est déjà au travail, il sera complété par un comité d’organisation dans chaque pays : en France, je souhaite y associer toutes les forces vives du volley-ball, la Fédération bien évidemment, la LNV, l’Association des anciens internationaux, afin de faire de ce grand événement, le premier de cette envergure en France depuis le Mondial 1986, une réussite."