Accueil >>
HOME
29/11/2017
L’interview bleue : Avec Antoine Brizard à Varsovie
Arrivé à Varsovie l’été dernier en provenance de Toulouse, Antoine Brizard, 23 ans, a vite trouvé ses marques dans le Championnat polonais. Le deuxième passeur de l’équipe de France nous raconte son adaptation à ce nouvel environnement.
Comment s’est passée votre adaptation au Championnat polonais ?
Ça va, ça se passe très bien. Je suis arrivé tard dans mon club, donc il a fallu un petit moment avant qu’on trouve les réglages avec tout le monde. On est une équipe jeune, dans les âges des joueurs et dans le vécu que nous avons ensemble, mais nous sommes en train de jouer de mieux en mieux, donc on est contents. On sort d’une grosse victoire ce week-end (3-0 face à Jastrzebski Wegiel), j’espère que ça va nous lancer.

Avez-vous ressenti un peu d’appréhension quand vous avez découvert votre nouveau club après la saison internationale ?
Ce n’était pas une découverte totale, parce que j’étais déjà venu juste après le Championnat d’Europe. Comme il se passait en Pologne, nous nous étions mis d’accord pour que je vienne quelques jours avant de partir au Japon (à la World Grand Champions Cup), pour voir mon appartement et m’entraîner avec l’équipe… J’ai forcément découvert plus de choses quand je suis revenu, mais sans appréhension, il y a beaucoup de jeunes joueurs dans le groupe, donc c’est plus facile, je suis en outre arrivé avec un statut d’international qui m’a donné un peu plus de crédibilité. Après, nous avons joué dès la 2e journée Gdansk, qui est une grosse équipe, c’était la première fois que je jouais une équipe en club de ce niveau-là, c’est peut-être sous cet aspect que c’était plus impressionnant, mais depuis, ça s’est vite mis en place.

Le fait que Stéphane Antiga entraîne votre équipe de Varsovie vous a-t-il aidé à vous intégrer plus facilement ?
Oui, complètement, on s’entend très bien, sur et en dehors du terrain, on se comprend bien. Guillaume Samica m’a aussi beaucoup aidé quand je suis arrivé, ça fait sa troisième année au club. Comme ils parlent tous les deux polonais, ça m’a beaucoup facilité les choses.

Vous avez découvert Stéphane Antiga, quel coach est-il ?
C’est un coach qui travaille beaucoup, il est très perfectionniste sur des choses que j’apprécie, sur des choses « faciles » comme des balles de transition sur lesquelles il nous demande d’être plus précis, cela permet de progresser individuellement, nous sommes sur la même longueur d’ondes, ça se passe très bien. En plus, c’est un jeune entraîneur en club, c’est sa première expérience à la tête d’un club, c’est vraiment agréable de travailler avec lui.

Le niveau du Championnat polonais est-il conforme à ce que vous attendiez ?
J’ai été surpris par l’homogénéité du Championnat. Il y a Belchatow et Zaksa qui sont un peu au-dessus, mais derrière, il y a beaucoup d’équipes qui jouent très bien, notamment des équipes que je pensais plus faibles a priori, et contre lesquelles nous avons perdu, même à domicile.

Et au niveau des ambiances, notamment à Varsovie ?
C’est un autre monde ! A Varsovie, nous ne jouons pas dans la salle où nous nous entraînons, c’est impressionnant de voir la logistique mise dans la salle quand nous jouons à domicile, la veille et le jour du match. Dans toutes les salles, c’est super professionnel, il y a énormément de monde et d’ambiance, ils mettent beaucoup l’accent sur la communication, on a parfois l’impression d’être à un match de foot, c’est vraiment agréable.

Avez-vous eu le temps d’apprécier la vie à Varsovie ?
Je suis avec ma copine, nous avons un très bel appartement dans le quartier que nous voulions, nous avons eu le temps de visiter la ville, nous sommes très contents, c’est très agréable, à part la nuit qui tombe à 15h…

"Pour l’instant, je suis content de mes performances"

Quels sont les objectifs du club cette saison ?

Je pense que nous pouvons jouer de mieux en mieux, nous jouons d’ailleurs mieux qu’en début de saison, nous avons une équipe jeune, chaque semaine, nous validons des points, nous avons une bonne marge de progression. Nous avons très envie de participer à la Coupe de Pologne, il faut pour cela être dans les six premiers à la fin de la phase aller, nous sommes actuellement sixièmes mais une équipe derrière nous a un match en moins (Jastrzebski Wegiel). Sur les quatre matchs avant la fin de la phase aller, nous en avons deux très importants à venir (contre Resovia et Olsztyn). Ensuite, l’objectif est aussi d’être à la fin de la saison régulière dans les six premiers pour jouer les playoffs, ce serait une bonne satisfaction et je pense que c’est à notre portée parce que nous pouvons très très bien jouer.

Quels sont vos atouts ?
Nous jouons très bien en service-bloc-défense, il faut qu’on arrive à être plus stables dans notre jeu, notamment en réception pour pouvoir être meilleurs en side-out. Nous avons un jeune réceptionneur-attaquant, il est de 1997, Bartosz Kwolek, qui peut être très fort, il a été énorme le week-end dernier, c’était d’ailleurs le premier match que nous avons joué sans sautes de concentration, nous sommes sur la bonne voie. Nous avons aussi deux très bons pointus qui tournent beaucoup, le Canadien Sharone Vernon-Evans et Nikola Gorgiev, qui a joué à Paris, c’est bien de pouvoir compter sur deux pointus à ce niveau-là.

A titre personnel, le début de saison semble convaincant : vous jouez tous les matchs, vous avez déjà été élu MVP, êtes-vous satisfait de vos débuts ?
Oui, ça se passe bien. J’ai fait un mauvais match contre Szczecin, j’étais à moitié malade, ce n’était pas évident, sinon, c’est vrai que ça se passe bien. Je suis content, parce que le Championnat n’est pas facile pour les passeurs, parce qu’il y a de très très bons centraux en Pologne, de très bons blocs, je pense que je progresse bien, c’est aussi pour ça que je suis venu. Pour l’instant, je suis content de mes performances.

Avez-vous déjà joué contre les deux autres joueurs de l’équipe de France évoluant en Pologne, Benjamin Toniutti et Thibault Rossard ?
Oui, j’ai joué contre « Totti », j’étais d’ailleurs resté là-bas après le match, nous avions passé la journée ensemble, et je joue Thibault vendredi, on va à Resovia vendredi, c’est un match très important.

Vous avez disputé votre première saison internationale avec l’équipe de France l’été dernier, qu’en gardez-vous ?

Plein de sentiments différents. Ça a commencé très très fort, nous avons très bien joué pendant deux mois, jusqu’à la fin de la Ligue Mondiale. Après, l’été a vraiment été très long, le plus long que les gars aient jamais eu, même les anciens, du coup, la suite a été plus dure, avec un Championnat d’Europe frustrant. Mais c’était vraiment enrichissant pour moi, j’en garde quand même du positif, nous avons été très bien intégrés, très vite, et en un été, j’ai vu beaucoup de choses, j’ai gagné en confiance et ça m’a fait prendre de l’expérience, même si je n’ai pas beaucoup joué. C’était ma première saison, c’est tout à fait normal, maintenant, j’espère pouvoir apporter plus à l’équipe l’été prochain.

Un dernier mot sur la situation de Toulouse, votre ancien club, qui connaît un début de saison difficile, suivez-vous ses résultats ?

Oui, je regarde les résultats et les matchs, c’est compliqué. Ils n’ont pas eu de réussite non plus sur certains matchs, ils ont parfois manqué d’agressivité, on sait qu’il ne faut pas grand-chose pour lancer une saison, ce n’est pas évident pour l’instant, j’espère qu’ils vont réussir à s’en sortir.