Accueil >>
HOME
11/08/2017
Mémorial Wagner : les Bleus débutent par une victoire
Réussir à battre la Pologne, championne du monde en titre, à Cracovie, deux semaines seulement avant l’Euro : sur le papier, le défi était ardu. Sur le terrain, il l’a été tout autant. C’est pourtant un premier succès qu’ont remporté les hommes de Laurent Tillie, vainqueurs au tie-break (25-22, 16-25, 20-25, 25-22, 13-15).
Dès l’entame de match, les locaux s’appuient sur les 9000 spectateurs survoltés de la Tauron Arena pour marquer leur territoire. A l’inverse, les coéquipiers de Nicolas Le Goff rentrent difficilement dans la rencontre. "Nos joueurs sortaient d’une période de vacances et d’une dizaine de jours de préparation très intense. On manquait clairement de rythme tandis que les Polonais avaient déjà disputé trois matchs amicaux", analysait en fin de rencontre le manager Arnaud Josserand.

Un mental à toute épreuve

Si le premier set leur échappe (22-25), les deux suivants sont remportés par les Bleus (25-16, 25-20). Efficaces, grâce notamment à une belle rentrée de Thibault Rossard, auteur de 19 points, à 71% en attaque et un duo Stephen Boyer-Kevin Le Roux efficace au bloc (9 à eux deux), les Français se font pourtant rattraper (22-25). La faute notamment à de trop nombreuses erreurs au service. A l’entrée du tie-break, Laurent Tillie décide de relancer Julien Lyneel à la place de Trevor Clevenot. Un choix qui s’avère payant. Imperturbables, les Bleus remettent de la percussion dans leurs services. Après cinq blocs ravageurs, ils prennent les commandes du tie-break. Rapidement, l’équipe de France mène 7-2, pour finalement triompher de son hôte (15-13). Une belle entrée en matière des Tricolores dans ce tournoi Wagner qui se poursuit samedi par un match face à la Russie, 

Les réactions :

Thibault Rossard, réceptionneur/attaquant :
 "C’était un match intense, fatigant. Il y avait une grosse ambiance pour soutenir les Polonais. On a tenu bon, même s’ils n’ont rien lâché non plus. Cela c’est vraiment joué au mental sur l’entame du tie-break. On n’a pas réalisé un exploit, mais on reste bien dans la continuité de ce que l’on sait faire. Chaque match est un combat. Quel que soit le contexte, on est toujours là pour gagner, même si ça veut dire s’imposer contre la Pologne, chez elle."

Stéphen Boyer, pointu : "Cette rencontre était un vrai match de reprise pour nous remettre dans le rythme. Ce qu’on a produit est plutôt satisfaisant, même si ça reste une victoire en 3-2. Je pense qu’on aurait pu finir plus tôt. A certains moment, nous avons vraiment concédé trop de points. Maintenant, on sait ce qui nous attend. Cela va nous remettre à fond dans l’entraînement et nous permettre de rentrer dès maintenant dans l’Euro."