Accueil >>
HOME
20/05/2018
Golden European League : Les Bleues battues en Hongrie
Pour son entrée en lice dans la nouvelle Golden European League, l'équipe de France féminine s'est inclinée face à la Hongrie à Budapest (0-3). Prochain match ce mercredi en Finlande.
Pour son premier match de l'année 2018, l'équipe de France féminine affrontait la Hongrie, son dernier adversaire du World Grand Prix l'été dernier, qui l'avait battue en demi-finale du Groupe 3 en Australie (2-3). Avec un effectif sensiblement rajeuni par rapport à l'été dernier, l'objectif pour le sélectionneur adjoint Félix André était surtout d'observer les résultats du travail effectué lors du stage de dix jours à Pau 9-19 mai). Cette première rencontre du groupe B de la Golden European League, à l'extérieur face à un adversaire de  bon niveau, présentait donc tous les aspects d'un test grandeur nature.

Concentrées, les Bleues débutent bien la partie en remportant les deux premiers points, mais bien vite, la défense hongroise fait la différence. Très performantes au bloc, les joueuses du nouveau sélectionneur Jan José De Brandt prennent l'ascendant au score (10-6) pour ne plus le lâcher dans la première manche. Avec une Julie Oliveira-Souza en vue en attaque, les Françaises maintiennent l'écart, avant de céder en fin de set. La Hongrie remportenles cinq derniers points et la première manche (25-16).

De la combativité et des promesses

Emmenée par sa star Greta Szakmary, élue joueuse hongroise de l'année en 2017, la sélection magyare continue sur sa lancée en début de deuxième set. Confiantes et bien organisées en défense, les Hongroises font la course en tête tout au long de ce deuxième acte, mais les Bleues s'accrochent et trouvent même un bon rythme en attaque qui leur permet de recoller au score (19-19), à l'orée du money-time. Comme dans la première manche, toutefois, c'est la Hongrie qui va mieux gérer la fin de set, enchaînant six points consécutifs pour mener 2-0 (25-19).

En pleine réussite, Eszter Pekarik et ses partenaires vont même étirer cette série à onze points gagnés d'affilée pour prendre le large d'entrée de troisième manche (5-0). Le temps mort pris à ce moment par Félix André permet aux Bleues d'interrompre l'hémorragie. Mais la Hongrie, portée par son public, opportuniste en attaque et toujours solide en défense, reste supérieure. Néanmoins, les Françaises sont loin d'abdiquer. Les jeunes Lisa Jeanpierre (18 ans) et Marie Salbot (21 ans) montrent notamment de belles dispositions en attaque. La Hongrie garde le contrôle de la partie et s'impose finalement en trois sets (25-16, 25-19, 25-20), mais les Bleues ont laissé entrevoir beaucoup de coeur et quelques belles promesses. A confirmer mercredi lors du deuxième match, en Finlande, pour continuer de grandir.

Félix André (sélectionneur adjoint de l'équipe de France) : "Ce n'est jamais plaisant de perdre, mais nous avions une équipe rajeunie et pendant le match, j'ai fait beaucoup de turnover, nous avons essayé de mettre beaucoup de joueuses en action, donc il faut relativiser cette défaite. Notre objectif sur cette compétition est de voir de nouvelles joueuses, parfois très jeunes. Aujourd'hui, nous avons vu sur le terrain deux jeunes filles qui ne sont pas encore professionnelles, Amandha Sylves et Eva Elouga, c'est aussi une fierté. On lance notre compétition, nous avons progressé au fil des sets et à la fin, les filles étaient bien dans leur match. Il y a beaucoup d'enseignements à tirer. J'ai par exemple aimé le fait que les « anciennes » prennent sur elles pour chapeauter le groupe, parfois au détriment de leur performance individuelle. Je pense à des filles comme Juliette Fidon, Amandine Giardino, Oriane Amalric et Nina Stojiljkovic. Leur attitude m'a plu, elles ont joué leur rôle auprès des plus jeunes. Pour ce qui est du négatif, je retiens nos fautes directes, beaucoup trop nombreuses. On en commet 27 au total, parfois dans des moments charnières. On ne peut pas se permettre de donner un set complet de fautes directes dans un match de haut niveau, c'est interdit. C'est surtout un problème de concentration et cela illustre bien qu'au niveau international, ce sont les détails qui font la différence. Maintenant, c'est aux filles de montrer qu'elles ont envie de progresser et de rectifier ces points-là. Nous partons demain en Finlande, il va falloir vite encaisser et repartir au combat, parce que l'objectif ne change pas."