Accueil >>
HOME
(Miniature) Benjamin Toniutti : «On a vu qu’on avait l’envie»
Photo : J.M. Hervio/FFVolley
28/05/2018
Benjamin Toniutti : «On a vu qu’on avait l’envie»
En remportant ses trois matchs au Kindarena de Rouen, l’équipe de France a bien négocié son entame de Volleyball Nations League. A la satisfaction de son capitaine Benjamin Toniutti qui a apprécié de voir les Bleus garder le même niveau, quel que soit le six de départ aligné.
Trois matchs, trois victoires, peut-on dire que la mission est accomplie ?
Oui, l’essentiel est fait. Après, c’est sûr qu’il y a des choses à améliorer, mais c’est un premier week-end. Ce n’était pas le plus gros week-end au niveau des équipes adverses, mais c’est bien d’avoir gagné ces trois matchs pour le début de cette Volleyball Nations League. Même si nous sommes qualifiés pour le Final Six, on a vu qu’on avait l’envie, il nous manque juste un peu de technique et de précision, mais c’est normal, c’est un début de compétition, on va monter en puissance.

Vous remportez en outre vos trois matchs en faisant tourner, on a l’impression que le niveau est resté constant malgré ces rotations…
Oui, de toute façon, ça va être ça pendant toute la compétition : nous avons un collectif solide, avec plein de joueurs capables de jouer sans que le niveau ne baisse. C’est bien pour l’équipe de France parce que le Final Six, c’est dur physiquement, il faudra qu’on arrive le plus frais possible et avec la certitude de pouvoir garder le même niveau de jeu avec plusieurs six.

Comment jugez-vous votre dernière prestation dimanche contre l’Australie ?
Le premier set, nous avons très très bien servi, c’est là que nous avons fait la différence. Après, nous avons baissé un peu au niveau de notre qualité de service, du coup, ils se sont mis à mieux attaquer, c’était plus dur de les contenir. Et sur le troisième set, c’est un peu comme contre l’Iran, il y a eu deux minutes pendant lesquelles ont est passé un peu à côté, ce qui leur a permis de revenir au score, il y a aussi eu un peu d’imprécision de ma part sur la fin de set, mais c’est bien d’avoir gagné 3-0.

Vous attendez-vous à une montée en puissance le week-end prochain au niveau de l’adversité ?
Oui, ça va être plus costaud, avec la Pologne, l’Allemagne et la Chine. C’est bien, le niveau va monter, notre objectif est de continuer à progresser pour être fin prêt pour le Final Six, à Lille, début juillet.

A titre personnel, vous ne serez pas du voyage, un peu de repos, ça va faire du bien ?
Oui, ça va faire du bien, parce que j’ai fini la saison tard, je n’ai vraiment eu que trois jours chez moi depuis l’été dernier. Je ne suis même pas rentré en France après la World Grand Champions Cup au Japon en septembre dernier, j’ai passé huit mois en Pologne dans la foulée, donc ça va faire du bien de rentrer à la maison et de me reposer, même si je vais faire un peu de travail physique pour revenir prêt à Aix (
8-10 juin).