Accueil >>
HOME
26/04/2018
TQCE Juniors : interviews croisées Jocelyn Trillon/Philippe Salvan
Les équipes de France juniors disputent de vendredi à dimanche leur TQCE, U20 pour les garçons au Monténégro, U19 pour les filles en Roumanie. L’occasion de s’entretenir avec leurs entraîneurs respectifs, Jocelyn Trillon et Philippe Salvan.
Quelle est la dernière compétition de cette génération ?
Jocelyn Trillon :
Cette génération vit sa première année de junior, auparavant, elle était entraînée par Slimane Belmadi, elle a fait une sixième place aux Championnats du monde 2017 et une médaille d’argent au FOJE (Festival olympique de la Jeunesse européenne). Sept mois, après, elle retrouve donc la compétition, avec cette qualification au Championnat d’Europe en U20.
Philippe Salvan : La dernière campagne de cette équipe avait été la qualification au Championnat d’Europe cadettes, en janvier 2017. Avec Laurent Laval, nous avons pris le groupe l’été dernier, nous avons fait une passation avec Fabrice Vial, l’entraîneur des cadettes, sur le tournoi WEVZA des huit nations en juillet, avec une médaille de bronze à la clé, ça reste la dernière compétition internationale des joueuses.

Comment s’est passée la préparation ?
Jocelyn Trillon :
J’ai commencé à travailler avec cette équipe à la Toussaint, je voulais voir les joueurs extérieurs au Pôle France pour quelques jours de stage, on a refait un stage en février, on voulait faire beaucoup de matchs contre des équipes de Ligue B, mais c’est tombé pendant l’épisode neigeux à Montpellier, si bien qu’on n’a pu en faire qu’un seul. Là, on a attaqué la préparation il y a plus de deux semaines à Montpellier. La première semaine, nous avons pu jouer contre Narbonne et Avignon qui préparaient leur match l’un contre l’autre en playoffs de Ligue B, cela nous a fait deux belles oppositions. Ensuite, nous sommes partis vendredi dernier en Italie pour jouer des matchs contre l’Italie et l’Allemagne sous une formule un peu nouvelle, puisque nous faisions trois sets contre chaque équipe tous les jours, deux de 25, un de 15, donc nous avons joué trois fois contre les Italiens, trois fois contre les Allemands. Ce sont de belles formations, les Italiens ont gagné le FOJE et les Allemands nous opposent toujours un gros défi physique, c’était intéressant. Les résultats ont été plutôt positifs : contre les Italiens, on perd deux fois et on fait match nul en ne faisant que deux sets, contre les Allemands, on a gagné deux fois pour une défaite. Nous avons rejoint le Monténégro mercredi matin en bateau depuis l’Italie.
Philippe Salvan : La préparation a duré toute la saison, puisque les filles sont regroupées toute la saison au Pôle France à Toulouse, à l’IFVB, exceptée une joueuse qui est à Nantes. Nous avons pu l’hiver dernier nous confronter aux Hollandaises, sixièmes du dernier Championnat d’Europe cadettes, nous avons fait des matchs très accrochés contre elles. La préparation s’est aussi faite via les playoffs du Championnat Elite, et le week-end dernier, nous avons disputé un tournoi de préparation en Allemagne avec l’Autriche, la République tchèque et l’Allemagne. Le dernier match dimanche contre l’Allemagne était le plus important du tournoi et nous avons vraiment livré une très belle bagarre en gagnant 3-2, 17-15 au cinquième set, avec des sets super intenses et des statistiques des deux côtés qui se rapprochaient du très haut niveau, c’est donc très encourageant en vue du TQCE. Chaque joueuse dans le secteur du jeu sur lequel elle doit apporter a été vraiment présente sur ce match à enjeu.

Comment sentez-vous votre équipe avant le TQCE ?
Jocelyn Trillon :
Les joueurs sont prêts physiquement, nous avons bien travaillé, nous avons fait ce que nous avons voulu au niveau de la préparation. Beaucoup de joueurs se connaissent, parce qu’ils ont joué toute l’année en Elite au CNVB, les extérieurs ont plutôt évolué en Nationale 2. Je les trouve studieux, ils sont capables par moments d’atteindre un niveau très intéressant et par d’autres d’enchaîner quelques fautes. Le défi est qu’ils arrivent à ne se projeter que sur les points qui suivent et à ne pas trop regarder derrière eux. Si on arrive à avoir un peu de continuité dans notre jeu, on a une équipe qui est compétitive.
Philippe Salvan : Les joueuses ont réussi à faire jeu égal face à une équipe d’Allemagne qui avait fait dans le Top 8 du Championnat du monde cadettes, c’est une performance de référence qui leur permet d’aborder ce TQCE sereinement, elles se sont prouvé qu’elles pouvaient le faire. Après, il ne suffira pas juste de jouer pour se qualifier, il faudra aller au combat, donner le meilleur sur chaque match, sur chaque ballon, sur chaque point, on fera le bilan à la fin.

Quel regard portez-vous sur votre poule ?
Jocelyn Trillon :
Lettonie, Slovénie et Monténégro, ce sont des adversaires qu’on connaît peu, les cadets avaient joué et battu les Slovènes sur de la qualification il y a deux ans. Les vidéos que nous avons reçues datent un peu, elles ne sont pas très représentatives, donc sur le premier match face à la Lettonie, on va y aller un peu à l’ancienne, il faudra que nos joueurs s’adaptent, mais là-dessus, je ne suis pas inquiet. Il faudra plus insister sur les notions de combat, de résistance et de persévérance qui vont devoir nous servir de fil rouge tout au long de ce tournoi. Sur le papier, les Slovènes sont devant nous au ranking, mais sportivement, toutes les équipes semblent à notre portée, je pense que nous avons les moyens de nous qualifier directement. Maintenant, sur ce type d’équipe, il peut y avoir un ou deux joueurs qui sortent du lot et qui sont capables de te poser des problèmes.
Philippe Salvan : On est dans la poule la plus délicate. Nous sommes huitième nation européenne et il y a sept poules, nous étions premiers du deuxième chapeau, nous avons pris les Belges, septièmes, et dans le chapeau suivant, nous sommes tombés sur les Biélorusses qui ont une très bonne génération, puisqu’elles ont fait troisièmes au dernier Championnat d’Europe cadettes et cinquièmes au Championnat du monde. Il y a des générations spontanées dans tous les pays, là, ça tombe sur la Biélorussie. Du coup, la poule est très ouverte, avec les Roumaines qui évoluent à domicile et ont elles aussi participé au dernier Championnat d’Europe, et la Belgique qui reste une bonne nation de volley-ball. Donc tout est ouvert, si nous arrivons à reproduire sur trois matchs la performance du tournoi contre les Allemandes, nous avons des chances de terminer parmi les deux premières équipes. L’objectif a minima sera en tout cas d’être seconds, sachant que ce sera l’équipe qui sera la plus libérée par rapport à l’enjeu de la qualification qui arrivera au bout.

Dans votre équipe, y a-t-il des individualités qui se dégagent ?
Jocelyn Trillon :
J’avais un six de départ il y a une semaine, mais pendant les matchs en Italie, on a énormément fait tourner et je pense que je vais avoir besoin des douze joueurs sur cette compétition, il n’y a finalement pas vraiment un six qui se dégage. Nous avons des joueurs assez complémentaires et qui ont des niveaux de performances proches les uns des autres, donc à mon avis, ils vont tous avoir du temps de jeu.
Philippe Salvan : Il y a des joueuses qui, sur leur rôle spécifique, sont importantes, je pense à la pointue qui, en général, fait un peu le job en attaque, chez nous Amélie Rotar qui est un des élément-clés de notre équipe offensivement, la passeuse Mahé Mauriat qui est d’une grande maturité et dirige très bien le jeu, nous avons aussi une très bonne libero, Juliette Gelin. Mais c’est toujours un peu compliqué de sortir des individualités, parce qu’on a fixé des tâches à chacune, qui peuvent être de rentrer juste pour un service ou un coup de bloc, chaque fille va nous servir à quelque chose à un moment pour aller chercher la qualification. Globalement, je trouve que c’est vraiment une génération très intéressante, des filles qui ont de la compétence et que, à mon avis, on va retrouver en pro assez rapidement

Qu’ont-ils/elles donné cette saison en Elite ?
Jocelyn Trillon :
La grosse satisfaction, c’est que nous nous sommes qualifiés sportivement pour les playoffs, alors qu’on y était administrativement par le règlement, c’est un objectif sur lequel on avait vraiment insisté auprès des joueurs. Après, sur les playoffs, on a alterné le très bon, puisque nous avons réussi à battre Saint-Jean-d’Illac chez nous, et des matchs où nous n’étions plus dans le bon rythme. Le dernier match gagné 3-2 contre Amiens nous relance, on espère que nous sommes repartis sur une bonne dynamique et que ce TQCE va nous permettre d’aborder la saison internationale de la meilleure manière.
Philippe Salvan : Par le règlement, nous nous sommes retrouvées qualifiés d’office pour les playoffs, ce que nous n’aurions pas pu faire au vu de nos résultats, mais en playoffs, nous avons réussi à battre deux fois Bordeaux et une fois Calais, qui était troisième de l’autre poule. Nous avons réussi à montrer que nous avions les moyens pour gagner des matchs, c’est plutôt encourageant et c’est pour ça que je suis confiant pour ce TQCE.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Qualification, mode d'emploi. Chez les garçons, les premiers des huit poules se qualifient directement pour l’Euro qui aura lieu en juillet aux Pays-Bas et en Belgique, les seconds disputent un ultime tour de barrage fin juin. Chez les filles, les premiers des sept poules se qualifient directement pour l’Euro en Albanie en septembre, les sept seconds et le meilleur troisième, disputent un ultime tour de barrage fin juin.

Les 12 Français :
Passeurs : Lucas Soldner, Thomas Gill
Réceptionneurs-attaquants : François Rebeyrol, Kévin François, Pierre Derouillon, Théo Faure,
Centraux : Pierre Toledo, Maxime Roatta, Boris Agesilas
Pointus : Maxime Laumon, Samuel Jeanlys
Libero : Luca Ramon
Le staff : Jocelyn Trillon (entraîneur), David Vaseux, Benoît Ognier (entraîneurs adjoints), Aurélie Ribaut (médecin), Francis Mombo (kiné), Thomas Bortolossi (statisticien)

Les 12 Françaises :
Passeuses : Emma Kordjani, Mahé Mauriat
Réceptionneuses-attaquantes : Amélie Rotar, Tess Bakana, Iva Davidovic, Anaïs Poulain
Centrales : Marie-Raphaëlle Andriamaherizoranaivo, Amandha Sylves, Camille Massuel
Liberos : Juliette Gelin, Emma Le Roux
Pointue : Manon Moreels
Le staff : Philippe Salvan (entraîneur), Laurent Laval (entraîneur adjoint), Bruno Duvignau-Grandjean (médecin), Thibaut Hoffner (kiné), Steven Platteau (team manager)