Accueil >>
HOME
07/02/2018
Coupe de France : Chaumont-Tourcoing en finale
La finale de la Coupe de France masculine opposera le samedi 10 mars au stade Pierre-de-Coubertin Chaumont à Tourcoing. Mardi en demi-finales, le CVB 52 a écarté Nantes-Rezé (3-0), tandis que les Nordistes ont été gagner à Poitiers au terme d’un match haletant (3-2).
Encore de l’inédit ! Pour la troisième année consécutive, la finale de la Coupe de France proposera une affiche inédite entre deux formations qui auront l’occasion de remporter la compétition pour la première fois de leur histoire : Chaumont disputera le 10 mars au stade Pierre-de-Coubertin sa première finale, tandis que pour Tourcoing, ce sera sa septième, les six précédentes ayant été toutes perdues (1998, 1999, 2002, 2005, 2007, 2009) !

Mardi soir, les deux formations sont parvenues à se qualifier pour le rendez-vous parisien au terme de deux demi-finales différentes dans leur scénario : dans sa salle Jean-Masson, Chaumont, actuellement deuxième en Ligue A, a logiquement disposé de Nantes, finaliste malheureux de la Coupe la saison dernière face à Ajaccio, en trois manches (25-18, 25-20, 29-27), avec notamment 14 points pour le pointu international Stephen Boyer, 9 pour Yacine Louati, 6 pour Jonas Aguenier. Après celles de la Challenge Cup et du Championnat de France la saison dernière, le CVB 52 disputera sa troisième finale en un an, preuve que le club de la Haute-Marne, qui espère bien conserver son titre national en mai, continue de grandir.

Le 10 mars à Coubertin, il tentera donc de décrocher la première Coupe de France de son histoire face à une équipe de Tourcoing qui aura vécu une demi-finale à rebondissements à Poitiers. Le premier tournant de la rencontre a été le gain de la troisième manche par le TLM (24-26) alors que le Stade Poitevin avait les cartes en main (24-23), mais c’est surtout un tie-break irrespirable pour les deux équipes qui va donner lieu à un suspense de tous les instants : particulièrement performant mardi soir, Baptiste Geiler offrait une première balle de match aux locaux (14-13), deux autres suivront et c’est finalement sur une faute poitevine que les partenaires du pointu colombien Ronald Jimenez raflaient la mise sur leur première occasion (17-25, 25-23, 24-26, 26-24, 16-18).

Un ultime point qui plongeait la salle Lawson-Body et l’entraîneur pictavien Brice Donat dans la désolation : "On y a cru jusqu’au bout, a-t-il commenté sur France Bleu. On a eu beaucoup de mal à rentrer dans le premier set, en faisant énormément d’erreurs à l’attaque, notre pointu (Mohamed Al Hachdadi) n’avait pas le rendement habituel. Après, nous avons eu une très bonne réponse collective, mais nous sommes passés à côté de la fin du troisième set que nous étions très proches de gagner, ça aurait pu donner un autre scénario. Mais ce qui me reste le plus en travers de la gorge, c’est qu’on a eu trois balles de match que nous n’avons pas su conclure, ça fait forcément mal. C’est un match en cinq sets qui va laisser quelques traces physiquement et psychologiquement, on était à un point d’une finale et peut-être d’une qualification européenne, il va falloir digérer rapidement cette défaite". Poitiers n’aura guère le temps de la ruminer, puisque c’est un derby à Tours qui l’attend dès samedi prochain en Championnat…