Accueil >>
HOME
13/09/2017
JO 2024 : Paris confirmé !
Lors de sa 131e session, le Comité International Olympique a officiellement annoncé mercredi à Lima (Pérou) que les Jeux Olympiques 2024 auraient lieu à Paris (2-18 août). Présent sur place, le président de la FFVolley, Eric Tanguy, se réjouit de cette excellente nouvelle pour le volley et le sport français.
Le suspense n’existait plus vraiment depuis que Los Angeles, seul concurrent de Paris, avait accepté cet été d’attendre quatre ans de plus pour accueillir les Jeux, restait à attendre la confirmation officielle, elle a été annoncée ce mercredi à 19h50 (12h50 sur place) par le président Thomas Bach lors de la 131e session du CIO à Lima (Pérou) : c’est bien Paris qui accueillera du 2 au 18 août 2024 les 33e Jeux Olympiques d’été, puis dans la foulée les Jeux Paralympiques. Cette confirmation a été accueillie dans la liesse sur place par la délégation française, menée par le duo Tony Estanguet-Bernard Lapasset, qui co-dirigeait la candidature parisienne, Anne Hidalgo, Maire de Paris, émue aux larmes, et Denis Masseglia, président du CNOSF.

Présent au sein de cette délégation pour vivre "ce moment historique", le président de la FFVolley, Eric Tanguy, partage cette allégresse : "C’est une très bonne nouvelle ! Je suis extrêmement heureux que la France relève ce défi d’organiser les Jeux Olympiques 2024. Cela fera cent ans en 2024 que les Jeux Olympiques d’été n’auront pas eu lieu en France, c’est une compétition magnifique à disputer, mais ça l’est encore davantage quand ça se passe dans son pays. C’est un vrai moteur pour nos disciplines."

Un moteur pour le volley et le beach volley français, puisque les équipes de France féminines et masculines seront qualifiées d’office pour la reine des compétitions. "C’est une formidable opportunité, cela nous permettra de nous préparer sereinement en vue de ces Jeux, nous n’aurons pas le stress lié à la qualification que nous avons pu ressentir lors des derniers Jeux Olympiques de Rio, notamment avec notre équipe de France masculine qui est passée par deux TQO pour se qualifier. Aujourd’hui, nous savons que la prochaine olympiade sera une olympiade de préparation", confirme Eric Tanguy qui ajoute : "Cette annonce officielle nous donne un objectif commun, à la Fédération, celui d’avoir des équipes performantes en 2024 pour représenter dignement notre pays. C’est encore plus important de bien figurer quand on est chez soi et notre objectif olympique sera très élevé, avec, espérons-le, une médaille d’or en 2024."

Les tournois de volley en salle (et de volley assis pour les Jeux Paralympiques) auront lieu dans le Pavillon II, enceinte spécialement construite pour l'événement au Bourget (Seine-Saint-Denis) et qui comprendra deux arènes sous le même toit, tandis que le Champ de Mars, sous la Tour Eiffel, accueillera les compétitions féminine et masculine de beach volley. "C’est un lieu magique pour le beach, que rêver de mieux que la Tour Eiffel, symbole mondialement connu de Paris !", se réjouit le président de la FFVolley qui conclut : "Nous travaillons d’ailleurs dès à présent pour organiser un tournoi du World Tour au pied de la Tour Eiffel, pour préparer au mieux l’événement olympique et attirer l’attention médiatique sur cette discipline." Que de bonnes perspectives…

Les réactions :

Barthélémy Chinenyeze (international français, Toulouse Spacer’s, 26 ans en août 2024) :
 "C’est extraordinaire ! C’est un grand événement pour Paris, pour la France, pour le sport et le volley français. Vu que Paris est une belle ville, je suis persuadé que ce seront de beaux Jeux. J’espère bien évidemment que je pourrai y participer, c’est dans longtemps, mais c’est déjà dans un petit coin de ma tête, je suis sûr que l’équipe de France évoluera dans une belle salle avec du monde pour la soutenir."

Helena Cazaute (internationale française, RC Cannes, 26 ans en août 2017) : "C’est un rêve pour nous toutes de participer aux JO, encore plus si ça se passe en France. C’est un objectif qui nous toutes tient à cœur, on en rêve en permanence, et cela va nous donner encore plus de motivation pour continuer à travailler dur. Le projet Génération 2024 a bien débuté cette saison, si nous continuons dans cette voie, je suis persuadée que nous pourrons performer, chez nous, à Paris."

Arnaud Gauthier-Rat (international français de beach-volley, 27 ans an août 2024) : "C’est inespéré ! Aujourd’hui, nous disputons la plupart de nos compétitions internationales à l’étranger, avec les JO en France, nous aurons non seulement la possibilité de disputer une compétition à part, à laquelle nous consacrons une bonne partie de notre carrière, mais en plus chez nous, et chez moi, puisque je suis né à Paris ! D’ores et déjà, c’est un objectif auquel je pense tous les jours en allant m’entraîner, il y aura une équipe de France de beach à Paris, je me dis : pourquoi pas moi ? En plus, le tournoi se disputera au Champ de Mars, au pied de la Tour Eiffel qui est l’emblème de Paris, ce sera génial."

Lézana Placette (internationale française de beach-volley, 26 ans en août 2024) :
"Je suis super contente, comme de nombreux sportifs en France, ça me donne encore plus de motivation pour faire partie des joueuses qui participeront à ces Jeux Olympiques. La motivation est déjà bien présente, puisque nous avons des échéances chaque année, mais là, c'est clair que ça met la barre au-dessus, c'est le meilleur objectif que l'on puisse avoir, ça va nous booster encore plus. J'aurai 26 ans, c'est l'âge où, au beach-volley, on est le plus mature au niveau du jeu, à un pic de niveau, ça tombe à la bonne période pour moi. Je vais tout faire pour y être, d'autant que ça se jouera au pied de la Tour Eiffel, on ne pouvait pas espérer mieux."