Accueil >>
HOME
09/06/2017
Lyneel : « Sur un petit nuage »
Elu meilleur joueur du premier week-end de Ligue Mondiale, Julien Lyneel (10 points) a encore répondu présent vendredi soir à Pau à l’occasion du match gagné contre la Russie (3-1). Le réceptionneur-attaquant des Bleus savoure…
L’équipe de France a encore sorti un gros match face à la Russie, quel est votre sentiment après cette rencontre ?
C’était top, c’est encore une victoire collective, tout le monde a mis sa pierre à l’édifice et honnêtement, ça fait du bien au moral de gagner encore une fois 3-1 contre les Russes, de voir que le travail paie et qu’on est tous sur la même dynamique avec le même leitmotiv. On se bagarre, ça fait plaisir de sortir de là avec cette belle victoire.

Plus qu’avant, on a l’impression que le danger vient de partout dans cette équipe de France…

Oui, c’est clair qu’à partir du moment où on arrive à bien garder les gros services et que Totti (Benjamin Toniutti) a les balles dans les mains, le danger vient de partout : on a des super centraux qui sont explosifs, des mecs en 4 (réceptionneurs-attaquants) qui arrivent à jouer les paluches… On n’est peut-être pas l’équipe la plus physique, mais sans nous lancer des fleurs, on est des joueurs un peu intelligents, on ne tape pas tout droit, on arrive à jouer avec le bloc, à être efficaces sur notre fond de jeu, c’est notre marque de fabrique en équipe de France. Avec des gars comme Jenia (Grebennikov) qui tient super bien en récep ou comme Steph (Boyer) qui envoie du lourd en pointe, chacun amène son petit truc, c’est ce qui fait la différence à la fin, c’est top.

A titre personnel, on retrouve le Julien des meilleures années, MVP le week-end dernier…

C’est le Julien qui n’a pas trop de soucis physiques, qui se fait plaisir sur le terrain, qui est bien aidé par ses partenaires. A partir du moment où je me fais plaisir et que j’ai la confiance de mes coéquipiers, je n’ai rien à demander de plus…

On a l’impression que cette équipe de France n’est jamais rassasiée, qu’en pensez-vous ?
Nous avons toujours des objectifs assez élevés et de l’ambition. On vise toujours plus haut. L’objectif est d’aller à Tokyo en 2020, ça passe par des super résultats sur les compétitions précédentes, donc en avant !

Place samedi à l’Italie…
L’Italie, ça reste une des meilleures équipes du monde, de toute façon, ce week-end, on joue trois des meilleures nations du monde. L’Italie est un peu différente de la Russie, avec un passeur de renommée mondiale, il va falloir les embêter en réception en continuant à envoyer du lourd au service, et qu’on soit propres en bloc/défense. On va tout donner pour essayer d’être à cinq victoires et être vraiment bien engagés en vue de la qualification pour Curitiba (le Final Six).

Vous êtes la seule équipe du Groupe 1 invaincue, est-ce un motif de fierté ?

Oui, bien sûr que c’est une fierté ! On est à quatre matchs, quatre victoires, avec le maximum de points. On est tous dans le même délire, sur le terrain et en dehors, on veut tous la même chose, pour l’instant, on est sur notre petit nuage, c’est du pur bonheur, mais il ne faut pas qu’on baisse la garde.