Accueil >>
HOME
28/06/2017
Olivier Maurelli, 100% volley !
Préparateur physique de l’équipe de France masculine depuis 2013, Olivier Maurelli, qui officiait également au Montpellier Handball, ne va se consacrer qu’au volley, avec un rôle de coordinateur au niveau de toute la filière.
Une page se tourne ! Après douze ans passés au Montpellier Handball, Olivier Maurelli, appelé en parallèle en 2013 par Laurent Tillie pour s’occuper de la préparation physique de l’équipe de France, ne va plus officier dans le handball, sport qu’il a pratiqué à haut niveau, puisqu’il a porté le maillot de l’équipe de France époque Barjots et a notamment gagné l’ex-Coupe des Coupes en 1993 avec l’OM-Vitrolles.

"J’arrête le hand, je vais être 100% volley pendant trois ans, jusqu’aux Jeux de Tokyo, nous a confirmé l’interessé ce mercredi à l’INSEP où l’équipe de France prépare le Final Six de la Ligue Mondiale à Curitiba (Brésil). Je suis arrivé sur la pointe des pieds en 2013, ça se passe super bien depuis le début avec les joueurs et le staff, il y a eu des résultats. Ce changement résulte d’une double volonté, celle de la Fédération et la mienne, j’avais envie de tourner une page." Concrètement, tout en gardant son rôle auprès des Bleus, Olivier Maurelli va également s’occuper de la filière, afin de faire en sorte qu’à tous les échelons de la formation, de mêmes méthodes soient appliquées en matière de préparation physique.

"L’objectif est d’avoir une colonne vertébrale sur les contenus d’entraînement"

Directrice technique nationale de la FF Volley, Axelle Guiguet explique : "Nous essayons de travailler sur la filière et de mettre de la cohésion par rapport à la préparation physique. Olivier Maurelli est notre référence en tant que préparateur de l’équipe de France masculine, cela nous semblait cohérent qu’il intervienne sur nos structures de formation et qu’il contribue à la formation de nos cadres techniques. Il interviendra sur les centres régionaux d’entraînement, les Pôles Espoirs, les Pôles France et les centres de formation."

Olivier Maurelli ajoute : "L’objectif est d’avoir une colonne vertébrale sur les contenus d’entraînement sur toute la filière fédérale. Nous avons besoin de travailler sur notre vivier pour faire en sorte que les jeunes, quand ils arrivent au CNVB puis aux portes de l’équipe de France, aient déjà un bagage physique important." Et s’il restera basé à Montpellier, l’intéressé va bien évidemment écumer les structures de formation de l’Hexagone, il compte également voyager :
"C’est important d’aller voir aussi comment travaillent les Italiens, les Canadiens, les Américains, parce qu’il faut s’imprégner d’autres méthodes."