Accueil >>
HOME
15/06/2017
Arnaud Josserand, de coach adjoint à manager…
Après quatre saisons passées sur le banc aux côtés de Laurent Tillie, Arnaud Josserand a changé de casquette après le Tournoi de qualification au Championnat du monde de Lyon, puisqu’il a succédé à Pascal Foussard au poste de manager de l’équipe de France. Il évoque ce nouveau rôle.
Comment appréhendez-vous ce nouveau rôle de manager ?
C’est une nouvelle page qui se tourne, un nouveau cycle pour moi. On a intégré des jeunes dans l’équipe, mais aussi des nouveaux dans le staff. Pour moi, c’est différent, je suis beaucoup moins dans la technique et la tactique, plus dans l’anticipation et l’administratif. En plus, cette année, cela a été un peu particulier, puisqu’il a fallu préparer la saison internationale après le Tournoi de qualification au Championnat du monde qui déterminait la suite de l’été, je me suis donc plongé dans les dossiers juste après Lyon. Manager, tu es forcément moins près du terrain, la seule chose qui ne change pas, c’est l’objectif : le standard de l’équipe de France est de rester en haut, avec à la fin de l’été un titre européen à défendre en Pologne. Pour l’instant, on peut dire que ça se passe bien, parce que ça gagne.

Avez-vous échangé avec Pascal Foussard sur les spécificités de ce poste ?
Nous n’en avons pas beaucoup parlé avant, mais à Lyon, au tournoi de qualif, on a eu le temps, il m’a donné quelques petites astuces et des conseils. On continue d’ailleurs à échanger : dès que j’ai la moindre interrogation, je sais que je peux le questionner. Après, ce n’est pas non plus un poste que je découvre, puisque j’avais été manager à Cannes il y a longtemps, déjà auprès de Laurent (Tillie), et je le suis encore aujourd’hui à Cannes. La transition s’est donc faite en douceur, d’autant que comme Vincent (Pichette, devenu deuxième adjoint en plus de Cédric Enard) était déjà là pour le stage de Tours puis à Lyon, j’avais déjà commencé à me mettre un peu en retrait par rapport au terrain.

Pouvez-vous expliquer le rôle d’un manager de l’équipe de France ?
C’est un rôle d’organisation de la saison de l’équipe de France. C’est un peu comme quand j’étais assistant de Laurent, mais dans un domaine autre que le jeu, c’est-à-dire qu’il faut anticiper tous ses souhaits et ses questionnements. L’élément le plus important est d’avoir les bons contacts pour se faciliter les choses dans l’organisation des stages, des matchs amicaux, des déplacements, il faut avoir un bon réseau et s’en servir pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions possibles, afin qu’ils ne pensent qu’à leur volley. Le manager doit être un facilitateur au service des joueurs et du staff.

Quel type de manager êtes-vous ?
Je suis quelqu’un de consultatif. Là, je prends mes marques au fur et à mesure, je vais m’adapter, je suis aussi là pour assister au mieux les adjoints qui arrivent pour que la passation se passe au mieux, ce qui est d’ailleurs le cas.

"En équipe de France, personne n'est là pour soi"

Cela change-t-il vous rapports avec les joueurs et le staff ?

Non, ça chambre toujours autant (Rires) ! Disons qu’avant, les joueurs venaient me demander quelques informations concernant tel ou tel joueur adverse, maintenant, ce sont plutôt des questions sur leur billet d’avion, leur réservation d’hôtel ou leur linge à laver !

Vivez-vous les matchs différemment ?

Non, pas vraiment. Je suis maintenant derrière le terrain avec le statisticien Paolo Perrone, mais au niveau émotionnel, je vis les choses de la même façon : quand on gagne les points en fin de set, on se tape dans la main et on s’encourage, et à la fin du match, on saute sur le terrain pour féliciter les joueurs. En revanche, quand on est derrière, on est un petit mieux placé pour prendre du recul, cela peut permettre de se mettre au service du staff si certains ont des demandes particulières, on reste en étroite communication tout le match.

Entre Cannes et l’équipe de France, les saisons sont longues, pas de lassitude ?
Non. L’équipe de France, c’est un réel plaisir. Personne n’est là pour soi, c’est parfois la différence avec la vie en club ; en équipe de France, on vient pour l’équipe. Je suis toujours ravi de venir pour essayer d’aider l’équipe à aller plus haut.

Quel sera le programme de l’été jusqu’au Championnat d’Europe en Pologne ?
Maintenant que les deux inconnues sont levées, à savoir la qualification pour le Championnat du monde 2018 et celle pour le Final Six de la Ligue Mondiale, le programme est calé : après ce week-end à Anvers, les joueurs auront une petite semaine de repos, on reprendra ensuite à l’INSEP jusqu’au vendredi 30 juin pour peaufiner la préparation pour le Final Six. Après le Final Six (4-9 juillet), les joueurs auront deux semaines et demie de vacances, la préparation pour le Championnat d’Europe débutera la 27 juillet à Montpellier. Nous irons ensuite à Cracovie disputer le Tournoi Wagner (11-13 août avec le Canada, la Russie et la Pologne), nous finirons la préparation à l’INSEP avant de repartir en Pologne pour le Championnat d’Europe, à Katowice.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La poule I1 à Anvers. Grâce à son carton plein à Kazan puis à Pau (six victoires en six matchs), l'équipe de France est la première équipe qualifiée pour le Final Six de Curitiba, avec le Brésil, pays organisateur. A Anvers pour ce troisième week-end de poules, elle affrontera successivement l'Italie, qu'elle a dominée 3-1 à Pau, le Canada, désormais entraîné par Stéphane Antiga, et la Belgique, qu'elle a battue en match amical en ouverture de la saison à Tours le 13 mai. Pour ce week-end en Belgique, Laurent Tillie a réintégré dans son groupe Earvin Ngapeth, jusque-là ménagé pour cause de blessure abdominale, Jean Patry étant retourné en camp d'entraînement à Montpellier.

 

3ème week-end - 16 au 18 juin
 
 

POULE I1 en BELGIQUE (Anvers)
Belgique, Canada, France, Italie


VENDREDI 16 JUIN
17h10 ITALIE / FRANCE
20h10 BELGIQUE / CANADA

SAMEDI 17JUIN
17h10 FRANCE / CANADA
20h10 ITALIE / BELGIQUE

DIMANCHE 18 JUIN
13h00 CANADA / ITALIE
16h00 BELGIQUE / FRANCE



PROGRAMME DE DIFFUSION



Vendredi 16 juin :
ITALIE – FRANCE à 16h55 sur beIN SPORTS 1
BELGIQUE-CANADA à 19h55 sur beIN SPORTS 1

Samedi 17 juin :

FRANCE - CANADA à 16h55 sur beIN SPORTS 1
ITALIE - BELGIQUE à 19h55 sur sur beIN SPORTS 3

Dimanche 18 juin :
CANADA-ITALIE à 12h45 sur beIN SPORTS 1
BELGIQUE-FRANCE à 15h45 sur beIN SPORTS 1

 

 

 

PRESSE


> S'accréditer

> Dossier de Presse 
 

INFOS UTILES 



>> Site officiel de la compétition

 @FIVBWorldLeague #FIVBWorldLeague

 

LE GROUPE FRANCE EN RUSSIE

 

2 - GREBENNIKOV Jénia - Libero - 13/08/90 - A.S VOLLEY LUBE SRL (ITA)
5 - CLEVENOT Trévor - Récep/Attaquant - 28/06/94 - PIACENZA BIANCOROSSO VOLLEY (ITA)
6 - TONIUTTI Benjamin - Passeur - 30/10/89 - ZAKSA KEDZIERZYN-KOZLE (POL)
8 - LYNEEL Julien - Récep/Attaquant - 15/04/90 - GS PORTO ROBUR RAVENNA (ITA)
9 - NGAPETH Earvin - Pointu - 12/02/91 - MODENA VOLLEY (ITA)
10 - LE ROUX Kévin
- Central - 11/05/89 - MODENA VOLLEY (ITA)
11 - BRIZARD Antoine - Passeur - 15/06/94 T.O.A.C. T.U.C. VB (FRA)
12 - BOYER Stephen - Pointu - 10/04/96 - CHAUMONT VB 52 (FRA)
14 - LE GOFF Nicolas - Central - 15/02/92 - ISTANBUL BBSK (TUR)
16 - BULTOR Daryl - Central - 17/11/95 - MONTPELLIER VOLLEY UC (FRA)
17 - QUESQUE Guillaume - Récep/Attaquant - 29/04/89 - FENERBAHCE SK (TUR)
18 - ROSSARD Thibault - Récep/Attaquant - 28/08/93 - RESOVIA RZESZOW (POL)
20 - ROSSARD Nicolas - Libero - 23/05/90 T.O.A.C. T.U.C. VB (FRA)
21 - CHINENYEZE Barthelemy - Central - 28/02/98 T.O.A.C. T.U.C. VB(FRA)


PALMARES LIGUE MONDIALE


2016 : 3ème
2015 : Vainqueur

2014 : 10ème (finaliste Groupe 2)

2013 : 10ème