Accueil >>
HOME
Toniutti : « C’est énorme »
Trois victoires en trois matchs, une qualification pour la troisième fois de suite au Final Six de la Ligue Mondiale, l’équipe de France a largement rempli son contrat à Pau. A la grande satisfaction de son capitaine Benjamin Toniutti.
Benjamin, le grand chelem continue, on vous imagine satisfait après ce week-end palois ?
Oui, surtout que nous avons été mis en difficulté sur les deux derniers matchs. Contre les Etats-Unis, c’était un peu le même style de match (que contre l'Italie) avec une équipe qui nous a mis beaucoup de pression au service. Nous savions que ce serait le cas, maintenant, cela a aussi été un peu négatif pour eux parce qu’ils ont quand même fait beaucoup de fautes au service. Cela se joue un peu là-dessus, sur des détails, ils font deux fois plus de fautes que nous au service (26 contre 14, ndlr). Nous avons été dominés pendant un moment, mais nous sommes restés soudés, solides, et à un moment, un ou deux gars fait une action individuelle, un ace, un bloc, une défense, ça rebooste tout le collectif pour se défoncer et aller chercher la victoire.

Y a-t-il malgré cela un peu de lassitude dans la tête ?
De la fatigue physique oui, de la fatigue mentale non, parce qu’on ne peut pas être fatigué mentalement de jouer dans des salles pleines comme ça. L’adversaire peut te fatiguer mentalement en mettant une pression constante, mais on a un groupe solidaire et les rentrées de Thibault (Rossard) et Barth (Chinenyeze) ont été très bénéfiques pour l’équipe, c’est bien pour le futur parce qu’on a encore un week-end devant nous.

Qu’allez-vous chercher la semaine prochaine en Belgique ?

On a la chance d’avoir assuré notre place au Brésil, ça va permettre de garder le rythme en Belgique pour arriver dans les meilleures conditions au Brésil pour le Final Six. C’est énorme qu’on y soit, parce que, si on nous avait dit il y a un mois quand on a commencé la préparation avec ce nouveau groupe qu’on aurait la qualification pour le Championnat du monde en gagnant 3-0 contre l’Allemagne plus cette qualification pour le Final Six avant le dernier week-end… Etre trois fois de suite au Final Six, ça prouve que tout ce qu’on a fait, ce n’est pas de la chance. On est contents de ce qu’on fait, maintenant, on a envie de plus…